ND des Landes: amère victoire…

On aurait aimé que cet abandon en rase campagne d'un projet périmé fût le fruit de la raison et de la démocratie.

Amère victoire... On aurait aimé que cet abandon en rase campagne d'un projet périmé fût le fruit de la raison et de la démocratie. On aurait aimé que nos élus aient enfin compris que l'avenir de l'humanité exige un redéploiement complet et déterminé de nos modes de consommation et de production. On aurait aimé que le peuple souverain ait voté pour ces élus-là. On aurait aimé qu'un débat serein, argumenté et libre de toutes pressions des intérêts corporatistes claniques et particuliers, ait présidé à cette décision. 

Mais, il n'en est rien :

Des individus déterminés, sympathiques ou pas, mais peu soucieux de respect des lois et règlements ont été les principaux responsables de cette « victoire ».

Les élus locaux n'ont toujours rien compris, dans leur culte productiviste du court terme.

Un premier ministre inquiet de devoir assumer des « événements » ayant dans le passé provoqué la mort d'un homme a choisi la grogne des notables plutôt que l'inscription dans l'Histoire sur la liste des « Versaillais ».

Un président soucieux de garder sous sa main un ministre indispensable à son plan de com' a courageusement laissé annoncer la décision par son premier ministre… et va continuer sa politique à contre courant des besoins durables de la France et du monde.

Il y a des jours où la victoire a un goût de cendres...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.