jfcoffin
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 novembre 2022

jfcoffin
Abonné·e de Mediapart

Profiteurs de crise

jfcoffin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Symptomatique d’un individu tout autant que d’une époque.

Augmentez les salaires, anticipez l’inflation et vous aurez des propriétaires privés soucieux de maximiser le rendement de leur « bien » loué qui se chargeront d’augmenter le loyer « quoi qu’il en coûte » pour le nouveau preneur.

C’est bien une expérience personnelle qui vient écrire ce billet, une colère altruiste, non pas dirigée vers l’Autre, celui qui loue mais vers l’autre, mon semblable, floué et escroqué par un propriétaire vénal pour ne pas dire véreux.

Loyer de départ pour ce magnifique « bien », de 145 m2, mal isolé, froid et bruyant : 1216 € puisqu’il faut bien, mon bon monsieur que j’applique les variations de l’IDC.

Loyer de reprise pour ce toujours aussi magnifique bien et sa porte d’entrée en bois d’époque aux trois serrures branlantes récemment défoncées à coup d’épaule par l’ancien locataire, un bien qui a pris en temps 25 m2 (sous comble avec ses deux merveilleuses poutres si agréables pour le crane) : 1450 € soit + 234 €.

Une paille.

Un DPE « D » somme toute très probablement un peu ancien ou de ceux qui sont réalisés par des copains pour le propriétaire de 25 logements pour certains tour à tour loué à des dealers, des prostituées, des ouvriers roumains (ses hommes à tout faire) mais aussi une agence immobilière (ça fait bien) qui a refusé de prendre le « bien » en location : « c’est trop compliqué ».

Misère.

L’inflation est une belle opportunité pour tous les « profiteurs de crise ». Nous en connaissons tous autour de nous en leur rappelant que si le bateau chavire, ils n’auront pas d’accès privilégié aux canots de sauvetage.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte