jhamard
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 avr. 2020

Wall-E, agronomie et coronavirus

Du film Wall-E au smartphone, en passant par l'agronomie : petites réflexions sur le coronavirus...

jhamard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vision dystopique de l'humanité dans le film Wall-E © PassivelySedentary

Je repense parfois à la vision dystopique de l’humanité du film « Wall-E » (où un petit robot éboueur officie sur une Terre devenue décharge) car j’ai l’impression qu’on s’en rapproche un peu dans les transports en commun de nos jours. Il parait loin ce temps des usagers du métro doucement ensommeillés le matin, mélancoliquement enivrés le soir. Il parait loin ce temps où prendre le train était un moment suspendu, fait de paysages et de rêverie. Les écrans du capitalisme nous ont confisqué ça.

Ces écrans ont aussi permis l’avènement du consumérisme 2.0. Un miracle : entre deux épisodes d’une série Netflix, juste en faisant glisser son doigt sur son smartphone, l’Homo economicus numericus peut désormais instantanément exploiter des travailleurs et des ressources naturelles à travers le monde. Des chaînes productives et logistiques planétaires aboutissent à la livraison à domicile de téléviseurs HD, de paires de baskets, aussi bien que de cheeseburgers…

L’agronomie nous apprend que pour limiter l’apparition de maladies et de ravageurs sur les cultures, notre alliée est la biodiversité. En gros, pour produire sans pesticides, il faut des cultures et un environnement variés et un sol où la vie y est la plus complexe possible (1 gramme de terre peut contenir 1 million d’espèces de bactéries, 100 000 de champignons, 1000 d’invertébrés). A l’inverse, dans un environnement qui a perdu cette complexité, les pathogènes prolifèrent.

Ainsi le délire collectif de gavage de fringues, bouffe, objets électroniques, meubles IKEA, bagnoles, etc… a dû profondément bouleverser, déséquilibrer, polluer les écosystèmes chinois (et les structures sociales en passant) et n’a pu que favoriser l’apparition du coronavirus. La cerise sur le gâteau de ce délire étant évidemment le tourisme mondial, aberration qui a permis la diffusion planétaire du virus. Les catastrophes mortifères du coronavirus et celles en cours et à venir du changement climatique ont donc des racines communes.

J’espère que nous allons en terminer avec l’inconséquence et le déni qui mènent à ces catastrophes humaines et nous fait nous auto-exploiter, que nous allons retrouver un équilibre avec notre biotope, renouer le lien avec le vivant non-humain (sait-on nommer plus de 2 plantes sauvages qui poussent dans les interstices de notre trottoir ? plus de 2 arbres dans notre rue ?). Essayons de suivre la voie du cœur, celle qui fait applaudir le personnel médical à sa fenêtre le soir avec ses voisins, pas celle qui rabougrit à faire du shopping sur Amazon.

Le post coronavirus pourrait être une page blanche, économiquement, politiquement… psychologiquement un peu aussi. Tout pourrait s’y écrire, le pire comme le meilleur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire, le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec
Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : Macron réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — Moyen-Orient
Nucléaire iranien : la solitude d’Israël
La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ?
par Sylvain Cypel (Orient XXI)
Journal
Sous-effectif, précarité, règles obsolètes : le tracing est débordé par le coronavirus
L’assurance-maladie et les ARS, chargées du tracing des cas contacts, s’appuient sur un personnel précaire, rappelé en catastrophe à chaque rebond épidémique. Les cas contacts et une partie des cas positifs ne sont plus interrogés. Des clusters passent inaperçus.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro