Jihane Bergaoui
Journaliste freelance en Tunisie
Journaliste à Mediapart

5 Billets

2 Éditions

Billet de blog 16 févr. 2010

Le Wwoofing ou l’esclavage volontaire…

Deux jours de labeur... Une vraie besogne. Si le bain de nature est au rendez-vous, les courbatures et les piqûres d'orties également. Le wwoofing [World wide opportunities on organic farms] est un échange de bons procédés entre fermiers bio et voyageurs.

Jihane Bergaoui
Journaliste freelance en Tunisie
Journaliste à Mediapart

Deux jours de labeur... Une vraie besogne. Si le bain de nature est au rendez-vous, les courbatures et les piqûres d'orties également. Le wwoofing [World wide opportunities on organic farms] est un échange de bons procédés entre fermiers bio et voyageurs.

Contre quelques heures de travaux agricoles, les routards se voient offrir le gîte et le couvert. Nouveau mode de déplacement alternatif et écolo, la France compte environ 400 hôtes et 4000 membres inscrits au réseau national. Avec ses trois exploitations, la région Nord-Pas-de-Calais n'échappe pas à la tendance.

© 


C'est à la «ferme du pommier», en pays de Pévèle, que l'aventure s'est transformée en galère. Plus précisément à Ennevelin, un coin paumé de la campagne lilloise. Kévin - trentenaire barbu et engagé - y défend une agriculture à «taille humaine et respectueuse de l'environnement». Une vocation venu sur le tard, puisqu'il n'exploite ses 2,5 hectares que depuis 1 an et demi. Véritable «pied-de-nez», son champ est voisin d'une exploitation d'OGM fauchée en 2001 par les «11 d'Avelin». Séduit par le concept, il a reçu une dizaine de voyageurs du monde entier depuis mai 2009, «toute aide étant la bienvenue !». «Comprendre de la main-d'œuvre gratuite» souligne Vincent, jeune stagiaire agricole, lui-même adepte du wwoof. Des petites mains de bonne volonté, nécessaires au bichonnage de la quarantaine de légumes bio, garnissant - au fil des saisons - les paniers hebdomadaires des clients de l'AMAP [Association pour le maintien d'une agriculture paysanne].


Alors après une visite au pas de course du champ et de ses trois serres bâchées de blanc, c'est l'heure d'enfiler les gants et de donner un coup de main... Fichue curiosité ! Des heures à genoux, à bêcher et à râler en déterrant des lignes d'échalotes... «Fais un peu attention à ce que tu fais !» A chaque passage du chef, une remarque cinglante. Vincent tente désespérément de vanter les mérites du wwoofing : «en plus de voyager pas cher, tu découvres d'autres cultures, d'autres personnes». Sans grand résultat. Heureusement arrive la pause repas. Pas d'eau courante, des toilettes sèches... C'est spartiate et frugal. Puis sitôt achevés les rangs d'oignons, au tour des mauvaises herbes. A nouveau à quatre pattes. Il fait froid, il fait presque nuit. Une envie de tout planter là pour fuir. Mais à défaut d'échappatoire, les garçons engagent un débat politique. L'occasion de se moquer gentiment de Jules, l'un des trois stagiaires, qui a voté Francis Lalanne aux dernières élections européennes.


Le lendemain, c'est en traînant les bottes que l'on retrouve la ferme... Le jean n'ayant pas survécu la veille aux rangs d'oignons, c'est avec soulagement - et acharnement - qu'on leurs coupe les racines, assis... Sous la serre ensoleillée, le même geste est répété mécaniquement, afin de remplir les paniers bio. Le wwoofing ou l'asservissement tendance ?! Du côté de Kévin, il n'y a vraiment pas lieu de parler «d'exploitation, parce que je ne force personne à travailler. C'est un échange, les gens sont libres!» Bien que non encore institutionnalisé, le wwoofing est encadré. Une charte prévoit même de ne pas travailler plus de 5h par jour, six fois dans la semaine. En cas d'abus, un signalement peut conduire à l'exclusion du réseau wwoof. Le deal avec Kévin? Travaillant un jour sur deux, le wwoofer est logé chez lui, à Hellemmes, et nourri. De produits bio exclusivement.


«Chaque expérience est différente selon le type d'exploitation, les personnes ou même ce que tu viens y chercher !» rappelle Vincent. Effectivement, faute de main verte ou d'affinités avec l'agriculture, la pratique peut se révéler pénible... Quoique pleine d'apprentissages et de rencontres. Au-delà de son air bourru, Kévin est un gars passionné, qui ne s'est pas laissé décourager par deux mauvaises expériences de wwoofing. «Accueillir des gens d'horizons différents, partageant cette passion de la nature, c'est vraiment enrichissant et motivant !» Mais également d'avoir une présence à ces côtés. «Il y a quelque chose de difficile dans l'agriculture, c'est la solitude ! Alors si je peux susciter des vocations dans le maraîchage bio...». L'intention est louable mais c'est raté pour cette fois-ci...

  • Pour plus d’infos : www.wwoof.fr
  • Une cotisation de 15€ est nécessaire pour accéder aux contacts des hôtes.

Et voici l'extrait d'un film sur le wwoofing réalisé par un couple de wwoofer américains:

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot