Jimmy Parat
Bloggeur, immobilier, architecture, btp, maçonnerie générale, assurance
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 sept. 2019

L’état de l’assurance prêt immobilier en France

L'assurance prêt immobilier est une police d'assurance qui protège un prêteur hypothécaire ou un détenteur de titre si l'emprunteur manque à ses paiements, décède ou est autrement incapable de respecter les obligations contractuelles du prêt.

Jimmy Parat
Bloggeur, immobilier, architecture, btp, maçonnerie générale, assurance
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le rôle des assurance

Les assurances ont en commun l'obligation d'indemniser le prêteur ou le détenteur du bien en cas de sinistre spécifique. L'assurance-vie hypothécaire, par exemple, est conçue pour protéger les héritiers si l'emprunteur décède pendant qu'il doit des versements. Elle peut rembourser le prêteur ou les héritiers, selon les modalités de la police.

Démanteler l'assurance prêt

L'assurance prêt immobilier peut être assortie d'un paiement de prime par répartition type, ou elle peut être capitalisée en un paiement forfaitaire au moment de l'établissement du prêt hypothécaire. Pour les propriétaires qui sont tenus d'avoir un PMI en raison de la règle du ratio prêt-valeur de 80 %, ils peuvent demander que la police d'assurance soit annulée une fois que 20 % du solde du capital a été remboursé. Voici trois types d'assurance prêt immobilier :

Assurance prêt immobilier privée

L'assurance prêt immobilier est un type d'assurance qu'un emprunteur pourrait être tenu d'acheter comme condition d'un prêt classique. Comme d'autres types d'assurance hypothécaire, l'assurance prêt immobilier protège le prêteur et non l'emprunteur. Le prêteur organise l'assurance et est assuré par des compagnies d'assurance. L'assurance prêt immobilier est habituellement requise si un emprunteur obtient un prêt conventionnel avec une mise de fonds inférieure à 20 %. Un prêteur pourrait également exiger une assurance si un emprunteur se refinance avec un prêt conventionnel, et que la valeur nette est inférieure à 20% de la valeur de la maison.

Prime d'assurance prêt immobilier admissible

Lorsque vous obtenez un prêt hypothécaire, vous devrez payer une prime d'assurance prêt immobilier admissible, qui offre un type d'assurance semblable. Les PIM ont des règles différentes, y compris que toute personne qui a une hypothèque doit souscrire ce type d'assurance, quel que soit le montant de sa mise de fonds.

Assurance titres hypothécaires

L'assurance titres hypothécaires protège contre la perte dans l'éventualité où une vente serait par la suite invalidée en raison d'un problème avec le titre. L'assurance titres hypothécaires protège un bénéficiaire contre les pertes s'il est établi au moment de la vente qu'une personne autre que le vendeur est propriétaire du bien.

Avant la clôture du prêt hypothécaire, un représentant, tel qu'un avocat ou un employé d'une société de titres, effectue une recherche de titres. Le processus est conçu pour mettre au jour tous les privilèges placés sur la propriété qui empêcheraient le propriétaire de vendre. Une recherche de titre permet également de vérifier que le bien immobilier vendu appartient au vendeur. Malgré une recherche approfondie, il n'est pas difficile de rater des éléments de preuve importants lorsque l'information n'est pas centralisée.

La place de l'assurance vie

Les emprunteurs se voient souvent offrir une assurance-vie hypothécaire lorsqu'ils remplissent les documents nécessaires pour contracter un prêt hypothécaire. Un emprunteur peut refuser cette assurance lorsqu'elle est offerte, mais vous pourriez devoir signer une série de formulaires et de renonciations pour vérifier votre décision. Ces documents supplémentaires visent à prouver que vous comprenez les risques associés à l'obtention d'un prêt hypothécaire.

Les versements de l'assurance-vie hypothécaire peuvent être à terme décroissant (le versement diminue à mesure que le solde diminue) ou à niveau, bien que ce dernier soit plus coûteux. Le bénéficiaire des paiements peut être le prêteur ou les héritiers de l'emprunteur, selon les modalités du contrat.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison