Non, ce n'est pas un drapeau qu'on a assassiné

Je préfère l'idée selon laquelle à chaque fois qu'une personne se fait assassiner, c'est l'humanité dans son ensemble qui est visée, et non seulement la personne elle-même, ou le pays où ça se passe. Parce que chacun représente l'humanité entière dans son ensemble, c'est à dire vous, moi, le voisin proche ou lointain.

Bref, cette humanité-là, ce n'est pas du tout un concept abstrait, c'est un grand nombre d'existences en chair et en os. Par conséquent, je suis moi aussi partisan de l'unité, seulement celle-ci ne s'arrête pas à la frontière ou à un papier délivré par la préfecture. L'idée de l'indivisibilité devrait enfin être étendue à toute l'humanité, et on pourrait alors se demander qui (ou quoi) cherche sans arrêt à la diviser. C'est-à-dire à la découper en morceau pour la revendre au prix du marché, avec éventuellement un petit drapeau cure-dent dessus.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.