Qui connaît Mme Edith Gallois ?

Madame Edith Gallois est une élue, conseillère de Paris qui en a bien besoin, et également au Conseil régional d’Ile de France. A ce titre Mme Gallois qui est également chef d’entreprise, a récemment donné son avis, par écrit

http://www.paris-udi.fr/2013/04/23/intervention-dedith-gallois-conseil-de-paris-23-avril-2013/

sur l’attribution d’un nom à la promenade des berges Rive Gauche. Mme Gallois s’était déjà inquiétée de la fermeture des quais de la rive gauche à la circulation automobile. Mme Gallois est, on le voit sensible au bien-être des automobilistes, et on la comprend. Dans son intervention le 23 avril dernier Mme Gallois s’insurge contre le choix du Maire de Paris qui entend donner le nom d’André Gorz à cette promenade. A l’appui de ce refus Mme Gallois écrit « mais qui véritablement parmi les parisiens, les franciliens et les touristes connaît son nom, qui s’identifie à lui, a-t-il cette renommée universelle pour transmettre l’image de la capitale dans le monde ? ».

Mme Gallois a raison,  André Gorz est un parfait inconnu, il l’est d’autant plus que peu de medias font état de son œuvre, et puis André Gorz n’aimait pas l’automobile, il est même l’un des fondateurs de l’écologie politique. Connu sous le nom de Michel Bosquet il fut fondateur du Nouvel Observateur avec Jean Daniel. Anti-économiste, anti-utilitariste et anti-productiviste, sa pensée, en avance sur son temps, allait même jusqu’à soutenir  l’utopie socialiste d’une abolition du salariat. On le voit André Gorz était un dangereux partisan de la décroissance, c’est sans doute ce qui gêne l’excellente madame Gallois qui voit dans la réduction des privilèges de l’automobiliste un crime contre la croissance économique. Il fut un temps où un certain Pompidou décréta que l’automobile devait pénétrer la ville, c’était au siècle dernier Georges Pompidou participa à la défiguration de Paris, fort heureusement ses successeurs ont mis fin à sa passion de l’art moderne qui ne s’accommodait du vieux Paris. Je ne me prononcerai pas sur le choix du nom d’André Gorz, je suis simplement content qu’il soit cité à cette occasion et je remercie Mme Gallois d’ouvrir une polémique à propos de ce choix.

Il est des combats dans lesquels certains tentent de s’illustrer, peut-être pour s’y faire un nom, qui sait ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.