l'ouverture des magasins le dimanche !

Agnès Verdier-Molinié est venue ce soir sur Arte (28 minutes) essayer de nous vendre une fois de plus l'ouverture des magasins le dimanche. Libérale, partisane du grand commerce, elle a tenté sans grand succès d'imposer l'idée que l'ouverture des magasins le dimanche procurerait un afflux de clientèle et participerait au redressement de l'économie nationale. J'ignore si Mme AVM brillait en classe de mathématiques, j'en doute fort, ce qui lui a permis naturellement d'être diplômée d’Histoire économique contemporaine, un truc sans aucune base scientifique, mais permettant à qui possède un peu (beaucoup) de culot, de venir asséner dans les medias des concepts creux mais dont raffolent nos soi-disant élites intellectuelles. Je voudrais simplement rappeler à Mme AVM que si l'on multiplie les parts d'un gateau on n'augmente pas la taille du gateau , on se contente de diminuer la part de chacun. Ceci n'aura sans doute pas échappé à notre économiste de choc, et je n'y vois dans cet entêtement qu'une subtile diversion afin de masquer une autre vérité : une part du gateau échappe au couteau : celle des patrons des entreprises qui veulent à toute force obtenir des pouvoirs publics cette ouverture dont beaucoup ne voient pas la nécessité, encore moins l'utilité.

Prenons un gateau d'un kg, partageons-le en quatre parts égales ; donnons une part au patron, une seconde à l'Etat (les taxes, impôts etc) une troisième aux frais de fonctionnement, enfin une quatrième à l'ensemble des salariés de l'entreprise représentée par le gateau.

L'entreprise (le gateau) est ouverte 6 jours sur 7, et génère un chiffre d'affaires de x €.

Si l'entreprise est ouverte 7 jours sur 7 elle génère un chiffre d'affaires de x € + ¼ x* soit 5/4 x

la part du patron sera augmentée de 1/16 x

celle de l'Etat de 1/16 x

celle des frais de fonctionnement n'augmentera pas ou très peu

celle des salariés de 1/16 x, sauf que, afin de permettre une ouverture 7 jours sur 7 il faudra augmenter le nombre de salariés et augmenter le salaire horaire du dimanche, ce qui en fin de compte reviendra à payer les salariés au même niveau qu'auparavant, tout en diminuant les heures de travail hebdomadaires, sinon on aboutit à la quadrature du cercle.

On aura vite compris que les intérêts des patrons et de l'Etat sont convergents, au détriment de ceux des salariés.

Pas besoin d'avoir fait HEC pour comprendre que l'ouverture des magasins le dimanche est une arnaque pour les salariés, alors un bon conseil, si on vous propose ce genre de marché, dites par exemple que le dimanche est consacré au Seigneur... par les temps qui courent mieux vaut exciper une excuse d'ordre religieux qu'une vérité bien sentie : le dimanche je préfère faire la grasse matinée et profiter de ma famille.

A bon entendeur, meilleures salutations !

* à supposer que l'ouverture du dimanche génère ¼ de chiffre d'affaires supplémentaire

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.