Fillon, la pitoyable fin d'un politique

Fillon vit un véritable chemin de croix, il pourrait inspirer la pitié. Ses derniers partisans vont le lâcher dimanche, l'homme va se retrouver seul après avoir été adulé par des crétins capables de brûler demain ce qu'ils ont adoré hier. Au-delà du mépris pour ces girouettes, c'est une véritable réflexion qu'il faut engager sur l'état de déliquescence de notre société.

Fillon vit un véritable calvaire, il subit en quelques semaines, et en accéléré une descente aux enfers, et j'en éprouve une véritable commisération. Je ne suis pas de ses partisans, loin de là, aussi je fulmine contre ces abrutis qui l'abandonnent non parce qu'ils réprouvent la conduite de leur candidat, mais parce qu'il pourrait, qu'il peut, qu'il va leur faire perdre les élections. Pas les présidentielles, non, mais les législatives, celles qui permettent de se faire de beaux fromages sur le compte du citoyen, le pauvre idiot que l'on convoque de temps à autre pour qu'il mette son paraphe au bas de la longue liste des lois qui l'oppriment. Car cela va être une véritable bérésina si le candidat Fillon persiste, alors les rats quittent le navire....

Mais les autres, sont ils plus propres, ont-ils des valeurs morales supérieures à celui qu'ils accablent aujourd'hui ?

La faute au système qui permet à des petits bonhommes de se faire des places de seigneurs, ou de saigneurs, j'hésite encore.

Quand un système a fait la preuve de son inefficacité, il faut le changer.

Ces élections sont la preuve que le système électoral n'est pas un bon système.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.