le Vatican s'émancipe !

Le 5 mars 1561, le neveu du pape Paul IV et chef du lobby gay Giovanni Carafa est décapité. 452 ans plus tard le pape Benoit XVI démissionne et parmi les raisons de son départ il y aurait l’influence et même le chantage exercé par un lobby gay sur certains prélats du Vatican. Ben mon colon ! Le cardinal espagnol Herranz aurait évoqué « un réseau transversal uni par l’orientation sexuelle ». Pour ceux qui prétendraient que le Vatican n’évolue pas voici un démenti cinglant : autrefois on décapitait les chefs du lobby gay, aujourd’hui le pape démissionne ! Comme on le voit les mœurs se sont apaisées… gageons que le prochain pape nous présentera sa future épouse, ou son futur époux, car bien entendu l’Eglise ne saurait refuser de marcher sur les brisées du gouvernement français qui vient de légaliser le mariage « gay ». Et après le pape, les cardinaux, les évêques, les curés, dans un immense élan de modernité vont nous rajeunir l’Eglise qui va bientôt retentir des cris des enfants des bons pasteurs. Ce n’est pas un toilettage qui nous attend, c’est une révolution, mieux une révolution sexuelle. Battus à plate couture les révolutionnaires de mai 68 qui prônaient la liberté sexuelle, Simone de Beauvoir reléguée au rang des has-been, Françoise Giroud, ne te retourne pas dans ta tombe, Simone Veil qui fit tant pour permettre aux fem  mes de mettre fin à une grossesse non désirée sans encourir les foudres de la loi, oubliée …Z’ont bonne mine les mollahs qui refusent  de laisser sortir les femmes sans le voile. L’église catholique, apostolique et romaine vient de sortir de l’obscurantisme, et se donne une image de modernité en innovant. A propos d’innovation, si le Vatican en profitait pour clarifier les relations qui existent entre la banque vaticane et les milieux mafieux ? Parce que la démission du pape ce pourrait être aussi cela, un pape qui refuse de cautionner les dérives financières d’un Etat-église dont les scandales passés (opus Dei, banque Ambrosiano etc…) n’ont toujours pas été éclaircis, pour cause de secret d’Etat, ou bancaire, ce qui revient au même. Et puis tant qu’on y est pourrait-on faire la lumière sur l’attitude du Vatican durant la seconde guerre mondiale ? on serait bien aise d’avoir une bonne fois pour toutes des éclaircissements sur les filières qui permirent à nombre de  nazis de se refaire une virginité dans le secret de quelque monastère avant de gagner l’Amérique du Sud via l’Espagne franquiste, totalement dévouée à l’Eglise catholique. On aimerait  bien, mais gageons que cette affaire de démission du pape n’est que poudre aux yeux pour continuer les pratiques mystérieuses d’une église qui se soucie bien plus des richesses matérielles en ce bas-monde que d’apporter aux pauvres de la terre  un réconfort. Le Vatican, combien de  divisions ? aucune mon général mais des  légions de prêtres dans tous les pays du monde, et un service de renseignements unique au monde.

Allez, salut Benoit, et bonne continuation.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.