La controverse de la soumission

Je n'ai pas lu le livre de Houellebecq, je vais essayer de l'acheter aujourd'hui, j'avais beaucoup aimé la carte du territoire et pas du tout les précédents...

Houellebecq dérange, mais n'est-ce-pas la raison d'être des écrivains, déranger pour provoquer la réflexion, la prise de distance, bref se servir de son cerveau. Il paraît que dans son livre Houellebecq montre le " personnel politique " sous un jour qui ne lui est guère favorable, serait-ce la raison pour laquelle les "chiens de garde" que sont les journalistes institutionnels, sont montés au créneau pour tenter de démolir l'ouvrage ? Ce matin Patrick Cohen s'est montré, comme d'habitude, peu soucieux d'objectivité, mais depuis qu'il qu'il est entré dans le club très fermé des interviouveurs du président de la république il ne doit plus sentir ses chevilles... on a les fiertés qu'on peut... Je vais lire le livre de Houellebecq et plus spécialement je vais m'attacher à examiner la satire (mot qu'il a lui-même employé) de ce monde qui prétend imposer au peuple les règles qu'il omet de respecter. Dans le même temps, on apprenait ce matin que le tunnel du mont blanc serait interdit aux véhicules polluants, le taux de particules dans la vallée de Chamonix ayant atteint un point tel que les enfants sont interdits de récréation et de sport, ce qui est un comble ! Faut-il y voir la volonté des politiques? l'Etat, (L’État et les collectivités territoriales, actionnaires à 91,3 %), perçoit chaque jour environ 850 000 euros de taxes de passage du tunnel de la part des transporteurs ! Et pendant ce temps la gare de ferroutage prévue pour détourner les camions de la vallée fonctionne à peine à 20% de sa capacité ! Double langage ? On y est habitués certes mais la colère monte quand les enjeux sanitaires passent après la sacro-sainte économie. Des retraités attendent depuis des mois que leur soit versée leur pension, Marisol Touraine dont la compétence est inversement proportionnelle au contentement de soi, ne semble pas tourmentée par ce problème, il est vrai que les affaires d'argent sont d'un vulgaire... quand on n'en manque pas !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.