Et vive les jeux olympiques d’hiver de Sotchi !

La ville de Sotchi a été choisie pour être le théâtre de cette fumisterie qui nous revient régulièrement tous les quatre ans afin que les beaufs de tous les pays s’unissent dans la célébration du sport …fric !

La ville de Sotchi a été choisie pour être le théâtre de cette fumisterie qui nous revient régulièrement tous les quatre ans afin que les beaufs de tous les pays s’unissent dans la célébration du sport …fric ! Sans doute pensez-vous que je suis un anti-sportif, eh bien non, je pratique la marche à pied régulièrement après avoir couru pendant une petite cinquantaine d’années. Ceci étant réglé je soumets à votre réflexion ces quelques éléments. La ville de Sotchi est située sur les bords de la mer noire. Son climat « subtropical humide » où les températures descendent rarement au-dessous de 0°C jouit d’un temps très doux avec de fortes précipitations. La température moyenne au mois de février : 6°C (Source : Le climat à Sotchi  moyenne mensuelle) pogoda.ru.net).

Il était donc tout naturel que le comité olympique jette son dévolu sur une ville qui présente autant d’atouts, notamment celui pour les sportifs de ne pas risquer de pneumonie…

Il y aura environ 6 000 sportifs pour ces rencontres qui à l’instar des années bissextiles nous reviennent tous les quatre ans, et pour les surveiller, pardon, pour les protéger, les militaires et policiers ne seront que … 100 000, faut-il que Poutine, ce grand démocrate, soit inquiet des réactions des Tchétchènes et autres groupements terroristes liés à Al-Qaïda.

Le réchauffement climatique est-il tellement prévisible et si proche qu’il faille ainsi anticiper sur les hausses de température attendues ? la prochaine (ou la suivante, bref en 2022) Coupe du monde aura lieu au Qatar, pays également réputé pour son climat tempéré (l’été les températures varient entre 40 et 50°C et ont déjà causé la mort de dizaines de travailleurs sur le chantier de la coupe du monde).

A la lecture de telles informations, on pourrait se demander si les dirigeants du sport mondialisé sont devenus fous pour ainsi faire allégeance à des chefs de pays dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils ne véhiculent pas une image représentative de l’Olympisme.

A moins que tout cela ne relève de la  basse politique ou du fric ?

Une chose est sûre : pendant ces quinze jours j’éviterai soigneusement de regarder la moindre émission ayant trait à cette farce. Et tant pis pour les sportifs qui se sont entraînés pendant des années pour aller chercher des médailles, il fut un temps où les sportifs de  l’est ramassaient les médailles à la pelle sans que cela émeuve les hautes instances sportives. Ces athlètes avaient dû se soumettre à une discipline de fer pour parvenir au podium, et certains furent mêmes victimes comme cobayes à des traitements qui les ont conduits, au mieux dans un fauteuil roulant, au pire à six pieds sous terre à un âge où il est de bon ton de songer à la retraite.

C’est à ces sportifs qu’iront mes pensées, puissent ceux qui partent à la chasse aux médailles y réfléchir un peu …

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.