Manger « cacher » tue

Quand j'étais un petit enfant, ma grand-mère qui avait de la religion m'obligeait à manger du poisson le vendredi. C'est peut-être la raison pour laquelle je n'aime pas le poisson. Chaque religion a ses rites, ses obligations sans lesquelles la porte du paradis nous resterait fermée le jour de notre mort.

Aujourd'hui, des braves gens, dont la seule faute fut de vouloir consommer des produits « cacher » sont entrés dans un magasin qui fait commerce de produits conformes à la religion juive. Funeste erreur, un terroriste les prit en otages, et ils ne durent leur salut qu'à la diligence des forces de police qui abattirent le terroriste, et puis quelques autres innocents, mais on ne fait d'omelette sans casser d'oeufs, c'est une évidence.

Pendant ce temps, dans un petit village de Seine et Marne, les gendarmes du GIGN donnaient l'assaut du bâtiment dans lequel les deux assassins des journalistes de Charlie Hebdo avaient trouvé refuge.

L'histoire finit bien, les terroristes sont tués, les otages libérés, les policiers félicités, les politiques réhabilités... jusqu'à la prochaine fois !

Oui, mais …

Dans la nature, il reste quelques centaines de zozos qui sont prêts à prendre le relais, qui ont décrété que la seule religion qui vaille est l'islam, et que le monde doit se soumettre à son dieu, un certain Allah

Mais voilà …

Il se trouve que quelques uns dont je fais partie ne sont prêts, ni à mourir, ni à se soumettre à quelque dieu que ce soit, ces gens on les appelle athées, libre-penseurs, ou tout simplement laïques.

Ces gens, trouvent leurs voisins sympathiques, saluent ceux qu'ils rencontrent, écoutent les propos des uns et des autres, se font une opinion, et n'obligent pas les autres à partager leurs idées. Ce sont des mécréants, la religion catholique en d'autres temps les eût soumis à la question et condamnés au bûcher, car ils ne pouvaient, bien entendu, qu'être des suppôts de Satan, un Satan dont naturellement ils niaient l'existence au même titre que celle du Dieu dont se réclamaient leurs bourreaux, un Dieu d'amour, de miséricorde, bref un brave type dont le seul tort était d'être aimé par des cons... mais cela doit vous rappeler quelque chose...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.