il pleut, il pleut, bergère,

Cette comptine, que ne l'avons-nous fredonnée quand nous étions enfants... nous pourrions de nouveau la chanter, ici en Bretagne car il pleut, il pleut...

Fabre d'Eglantine qui perdit la tête à trop se mêler de politique aura au moins laissé une oeuvre universellement connue, nous lui devons grands mercis.

le niveau monte, contrairement aux dires de certaines mauvaises langues qui se plaignent de l'état de notre Educnat, mais pas forcément au bon endroit, la faute à qui ?

aux lotisseurs qui construisent dans des zones connues comme étant inondables, aidés dans leurs entreprises par des élus malhonnêtes ou incompétents, ou les deux ?

aux fonctionnaires de l'Equipement qui ne protègent pas leurs ouvrages d'art (les routes pour l'essentiel) par défaut d'étude approfondie des zones hydrologiques?

aux agriculteurs qui ont rasé des kilomètres de talus, comblé des fossés qui retenaient les eaux de pluie au lieu de les envoyer directement dans les cours d'eau qui gonflent, qui gonflent, qui me gonflent?

aux ministres et au premier d'entre eux qui s'entêtent dans des projets insensés, victimes sans doute du "principe de Peter", à l'instar par exemple du projet de Notre Dame des Landes : aberration économique, crime écologique, désastre humain, tout cela pour satisfaire un ego surdimensionné ou tout simplement pour permettre à Vinci de faire du fric sur le dos des voyageurs qui devront surtout payer du stationnement sur l'aéroport (une des raisons de la construction de cette ignominie) après avoir viré des paysans (pas des exploitants agricoles, faut pas confondre) qui ont depuis des siècles préservé cette nature si généreuse?

Quand l'aéroport sera construit (si par malheur cela devait arriver) il sera temps de venir pleurer sur les dommages causés par les inondations de ce système hydrologique unique. a ce sujet podcastez, et distribuez cette magnifique émission de France Inter "les naturalistes de Notre Dame des Landes"

http://www.franceinter.fr/emission-co2-mon-amour

vous en apprendrez un peu plus sur ce trésor de la nature que des salopards s'apprêtent à sacrifier au nom du dieu Fric !

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.