Voter est inutile et dangereux

On fait croire au bon peuple qu'il est de son devoir d'aller voter. Ce mensonge perdure malgré toutes les preuves qu'il s'agit d'une véritable escroquerie. Le vote blanc étant considéré comme nul, il ne reste qu'une solution pour montrer à cette classe politique incompétente, que la seule manière de lui ôter cette légitimité sur laquelle elle appuie sa puissance et de refuser d'aller voter.

Alors que s'étalent  de tous côtés les turpitudes de nos soi disant élites, la campagne électorale semble faire l'objet de toutes les attentions de la classe médiatico-politique, et pour cause.

Sans les medias qui rapportent les moindres petites phrases de ceux qui prétendent nous diriger, gouverner, exploiter sans vergogne, les politiques dans ce monde numérique ne seraient plus rien. Plus rien, ce qui devrait être leur vraie place, rien, le néant, le vide absolu ! A quoi servent ces candidats qui viennent quémander les voix du bon peuple et qui sitôt élus font exactement le contraire de ce qu'ils avaient promis ? A rien, sinon à pérenniser leur situation sociale, professionnelle, financière, aux dépens de ceux qui leur ont accordé leurs suffrages, ignorants qu'ils sont de la vraie nature du pouvoir.

Dès la petite école nos bons maîtres nous expliquent que le vote est l'expression de la démocratie, alors que c'en est tout le contraire. Le vote consiste à se déposséder de son pouvoir pour signer un chèque en blanc à ceux qui prétendent nous représenter. Nous représenter ? Il suffit de voir dans les rangs de l'Assemblée ou du Sénat quelles sont les catégories socio-professionnelles qui siègent et le comparer à celles de la société. Rien à voir ! Mais le bon peuple fait comme si ... comme s'il n'y avait en définitive aucune autre solution alternative.

Qui veut la guerre ? Sans doute pas le peuple qui n'aspire qu'à la tranquillité, mais nos dirigeants qui ont des intérêts à défendre, ils ont d'ailleurs inventé un concept pour cela "la défense de la  patrie".

Que veut le peuple ? vivre de son travail, élever ses enfants dans la dignité, profiter de la vie ... Que font nos élus ? Des lois pour nous contraindre car si la plus grosse part du gâteau s'en va vers le peuple, comment deviendront-ils riches, eux, l'élite de la nation ou qui se prétendent tellement supérieurs (n'est ce pas M Cambadélis ?) tellement plus honnêtes (n'est ce pas M Fillon qui donne des leçons de morale ?).

Le peuple, notion somme toute vague et dénuée de consistance, n'est finalement que la somme des individualités qui composent la société. Une société riche, variée,  forte de millions de compétences, d'intelligence souvent mal employée car consacrée au seul bénéfice de l'Entreprise chère à M Gattaz (un autre énergumène celui-là). Où va toute cette énergie ? elle se dissipe dans les transports, dans le travail, les formalités de tous ordre, mais certainement pas au profit de l'Individu.

On nous fait croire que sans une administration pléthorique, sans police, sans armée, et surtout sans une classe politique sur-représentée, notre société irait mal. Ah bon ! parce qu'elle va bien notre société ? tout le monde a un toit ? nos écoles forment nos enfants à devenir des citoyens responsables ? nos prisons ne sont pleines que d'assassins dangereux ? Nos hopitaux accueillent les malades pour les soigner dans des conditions idéales ? On ne se suicide pas pour cause de harcèlement, de burn-out dans notre société idéale, tellement idéale que nos politiciens ne font rien pour la changer ?

Et ils voudraient que l'on se déplace pour continuer à voter pour eux, qu'ils soient de gauche ou de droite, peu importe ils sont toujours là , un coup dans la majorité, un coup dans l'opposition, mais toujours là , toujours à nous asséner des solutions quand ils sont dans l'opposition et des regrets quand ils sont au pouvoir : regrets de ne pouvoir faire la politique qu'ils souhaitent à cause de la conjoncture, de la Chine qui pratique le dumping social, de l'immigration qui bouleverse nos équilibres sociaux. Bref, donneurs de leçons à l'extérieur, incapables une fois au pouvoir.

Et ils voudraient qu'on vote pour ces incapables ?

Non décidément la vie est trop courte pour la perdre en vaines spéculations, pour ces gens qui n'ont d'intérêt que pour eux-mêmes, d'attentions que pour leurs proches (et encore) de soucis que pour leur portefeuille, tellement peur de le perdre....

Un jour viendra peut-être où les électeurs deviendront enfin des citoyens, attentifs à leur environnement, à leurs voisins, à autrui. Ce jour-là, ils réfléchiront à une véritable Constitution et se mettront en devoir de la rédiger, refusant à ceux qui, forts de la légitimité que leur donne le suffrage électoral, s'arrogent le droit de disposer de nos vies. Alors ce jour, que j'appelle de tous mes voeux sera celui de l'Abolition des Privilèges et peut-être le point de départ d'une véritable démocratie. Ce jour-là nous jetterons aux orties toutes ces lois qui nous oppriment et renverrons  ces politiciens qui se gavent sur notre dos à leur vraie place, celle de citoyens ordinaires ayant les mêmes droits que nous, pas plus, pas moins.

Ce jour est possible, à condition que, enfin le citoyen prenne conscience de sa puissance qui ne réside pas dans un bulletin de vote mais dans sa volonté de diriger son destin. Une utopie ? D'aucuns peuvent l'appeler ainsi, en ce qui me concerne, voter EST une utopie, la preuve en est faite depuis tellement longtemps que je ne comprends toujours pas comment on peut continuer à remplir ce devoir électoral.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.