ET VIVE LE QATAR !

Aujourd'hui, Daniel Mermet dans son célèbre "là-bas, si j'y suis" évoque le cas particulier du Qatar.

Petit pays, mais le plus riche du monde, va comprendre Charles..

A la réception donnée à l'occasion du départ de l'ambassadeur du Qatar en France, les invités se bousculaient (c'est une image, ces gens sont trop  bien élevés) on y trouvait pêle-mêle d'anciens ministres de gauche et de droite, des politiques, des hauts fonctionnaires,des vedettes du show-biz, des journalistes (au fait, article rédactionnel ça s'écrit en euros ou en dollars ?).

Il y avait beaucoup de monde qui se pressait autour des buffets bien garnis et sans doute n'y buvait-on  pas de l'eau claire, mais on n'est pas à une contradiction près au royaume des Wahabits, et puis il y a la raison d'état qui impose de se conformer aux traditions locales.

Car le Qatar est un ami de la France : à preuve le sauvetage du PSG, ce fleuron du sport français, et qu'importe si des centaines voire des milliers d'ouvriers meurent d'épuisement, de la chaleur, des conditions ignobles dans lesquelles ils doivent travailler afin que tout soit prêt pour la grande fête de la coupe du monde de 2022.

Et si des Français sont encore retenus (contre leur gré) au Qatar, le Quai d'Orsay ne se manifeste pas, la raison d'état, sans doute ?

Et si le Qatar se comporte en France en pays conquis, grâce aux tombereaux de pétro-dollars qu'il déverse sur le personnel politique (ce qui explique peut-être la timidité de nos élites), c'est aussi sûrement au nom de la raison d'état.

Il m'arrive de douter parfois de la raison de l'état.

voir le billet  de Robert Magnani à ce sujet : http://blogs.mediapart.fr/blog/robert-magnani/200313/le-qatar-est-en-train-de-nous-endormir

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.