Pollution, pas seulement les autos !

Ca y est, le pic est passé, la pollution n'existe donc plus. La pantalonnade à laquelle s'est livrée le gouvernement la semaine passée est digne du bourrage dont nous parle Vintgras. Jamais on ne parle de la pollution due à l'agriculture et surtout à l'élevage hors sol, et pourtant...

Des scientifiques estiment à plus de 50% la responsabilité de l'agriculture dans la pollution aux particules fines, et il faut habiter dans les régions de culture et d'élevage (la Bretagne par exemple) pour se rendre compte à quel point cette pollution devient insupportable. Puanteur due aux épandages de lisier (le lisier est essentiellement l'urine mais aussi les matières fécales des animaux) de porc qui répand sa pestilence sans obstacles puisque nos agriculteurs (ne parlons pas de paysans, ils n'en sont plus dignes) ont abattu la plupart des haies et talus qui protégeaient les terres et limitaient la vitesse de l'eau qui peut ainsi gonfler les cours d'eau et inonder des villes qui autrefois étaient rarement sous les eaux..

A force d'agressions à la nature, ils ont tué les abeilles, (gaucho et autres plaisanteries), les oiseaux ne trouvent plus de refuge dans les immenses étendues sur lesquelles pas un arbres pas une haie ne doit subsister, les renards et autres gibier sont empoisonnés par les pesticides dont ils arrosent leurs champs au risque de s'empoisonner eux-mêmes, mais en sont-ils conscients ? La raison de tout cela : le fric, ce fric que Bruxelles leur a généreusement octroyé sous forme de subventions, le fric qu'ils amassent en fournissant des aliments de plus en plus gorgés de substances dont il vaut mieux ne pas connaître le détail.

Certes quand je prends ma voiture je me sens quelque peu coupable mais quand je suis un tracteur qui sort d'un champ en répandant sur des kilomètres la terre qu'il arrache à ses champs, je me dis que, une fois de plus avec la circulation alternée on nous a pris un peu, beaucoup, pour des crétins !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.