l'agriculture folle

Une fois de plus les "agriculteurs", mais peut-on encore appeler ainsi des gens qui considèrent la terre comme leur bien propre, un bien à exploiter jusqu'à la mort de toute végétation naturelle et de toute vie qui peut porter ombrage à leur portefeuille. J'habite dans les Côtes d'Armor, dernièrement le conseil municipal d'une petite commune a adopté à l'unanimité l'autorisation pour un éleveur de doubler la capacité de son élevage de porcs : 3000 au lieu de 1500 !

Une fois de plus les "agriculteurs", mais peut-on encore appeler ainsi des gens qui considèrent la terre comme leur bien propre, un bien à exploiter jusqu'à la mort de toute végétation naturelle et de toute vie qui peut porter ombrage à leur portefeuille. J'habite dans les Côtes d'Armor, dernièrement le conseil municipal d'une petite commune a adopté à l'unanimité l'autorisation pour un éleveur de doubler la capacité de son élevage de porcs : 3000 au lieu de 1500 ! Dans le même temps les communes de Pléhédel de Plouha mettent en place un programme de ramassage des algues vertes (il ne faut pas que les touristes se rendent compte) et "un dossier est constitué dans le but de présenter au service de l'état une demande d'aide financière en fin de saisons. au mois d'avril l'Etat a été condamné à payer 7 millions d'euros au département des Côtes d'Armor  au titre du ramassage des algues vertes. Les algues vertes sont le résultat de l'épandage de nitrates sous forme de lisier (effluents liquides) de porcs principalement. Depuis plus de trente ans les éleveurs augmentent les cheptels de porcs au point que la Bretagne pue pendant des mois à cause de ces épandages. En outre, les porcs sont "traités" avec des antibiotiques dont la principale conséquence est la résistance aux antibiotiques des germes au point que l'on parle de SARM (Le SARM (Staphylococcus Aureus Résistant à la Méthicilline) est un staphylocoque qui a développé une résistance à plusieurs antibiotiques dont la méthicilline.) Le terme résistant à la méticilline de Staphylococcus aureus (MRSA) continue à être utilisé pour décrire les souches résistantes au staphylocoque doré à toutes les pénicillines. Les hôpitaux sont de plus en plus désarmés par ces résistances aux antibiotiques et on ne compte plus les patients qui décèdent des suites de maladies nosocomiales. C'est le modèle d'agriculture qui est en cause, il serait temps que les "consommateurs" s'intéressent du contenu de leur assiette plutôt que se passionner pour une coupe du monde !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.