La fraude au bac, un crime impardonnable !

Depuis quelques jours pas une radio, pas un journal télévisé qui ne fasse ses gros titres sur cette innommable faute : la fraude au baccalauréat !

Qu’est ce que le baccalauréat ? Un diplôme qui permet au mieux d’entamer des études supérieures, au moins de pouvoir dire : j’ai mon bac ! En aucun cas ne permet de trouver du boulot, sauf peut-être un vague CDD en attendant mieux.

Le baccalauréat est une institution française, ainsi que le disait ce matin le champion de la règle de trois, l’ineffable Luc Chatel actuel ministre de l’éducation nationale. Je rappelle que pour réussir le baccalauréat il faut au moins maîtriser les trois opérations, plus quelques autres notions de mathématiques, mais pour devenir ministre de l’éducation nationale, ce n’est pas nécessaire.

Frauder, c’est mentir, et mentir ce n’est pas bien, n’est-ce- pas Michèle Alliot Marie, Bernard Kouchner, Nicolas Sarkozy et tant d’autres personnages politiques, que pour les nommer il faudrait au moins un bottin !

Donc frauder au baccalauréat, c’est commettre au moins deux délits : mentir et attaquer une institution nationale, et il ne faut pas attaquer une institution nationale, sinon l’édifice tout entier risquerait de s’écrouler. La maison France est déjà tellement lézardée qu’il faut désormais la considérer comme une personne âgée digne de tous les ménagements. Mais conduire chaque année des troupeaux d’ignares au baccalauréat est une entreprise exaltante pour laquelle bien des enseignants sont prêts à se sacrifier. Alors on baisse la moyenne, pour maintenir le niveau : 80% d’une classe d’âge doit obtenir son baccalauréat. On fait intervenir des commissions d’harmonisation pour « corriger » les notes, mais ce n’est pas de la fraude puisque les instructions viennent directement du bureau du ministre Luc Chatel ! Les jury s’exécutent, ils sont habitués à obéir, et ils sont soumis au devoir de réserve, mais ils grognent, et chaque année un peu plus du feu sacré s’éteint dans leurs consciences, et pourtant pour éduquer des enfants il en faut du feu sacré, et aussi de la conscience…

On les a mis en examen les dangereux fraudeurs, ils l’ont bien mérité !

Le conseil de sécurité de l’ONU réfléchit toujours sur l’opportunité de poursuivre le colonel Kadhafi du chef de crime contre l’humanité.

Hé ! ho !faut pas déconner, il a quand même pas fraudé au bac !

 

Et chaque jour qui passe me renseigne un peu plus sur mon ignorance…

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.