Jipé Tournebride
Abonné·e de Mediapart

74 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 nov. 2016

Alep, Guernica du 21ème siècle ?

la guerre d'Espagne est toujours présente dans nos mémoire, et sous nos yeux se joue le sort de la Syrie, et peut-être plus... et pendant ce temps nous regardons ailleurs !

Jipé Tournebride
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il ne se passe de jour que nous soyons submergés des états d'âme de nos politiciens guignols ! Valls va-t-il y aller ? Fillon prochain président de la République ? Et Marine, que fait elle, murée dans un silence qui lui fait prendre des points dans les sondages? Après l'avoir ostracisée, voilà que les médias lui reprochent de ne pas répondre à leurs invitations... Et pendant ce temps, à Alep les bombardements comme les affaires continuent, dans l'indifférence de l'opinion publique internationale qui préfère se passionner pour l'élection du pantin Trump, ou pour le mariage des homosexuels. L'ONU, ce machin que dénonçait déjà De Gaulle - sans doute le dernier Homme d'Etat Français - préfère regarder ailleurs tandis que les avions de Poutine déversent sur une population terrorisée des barils d'explosifs bourrés de grenaille afin de tuer en plus grand nombre de innocents. "la maison brûle et nous regardons ailleurs" proclamait Chirac dans un éclair de lucidité, il avait raison : nous regardons ailleurs. Facile d'aller en Syrie, il suffit de demander un visa et d'accepter comme parole d'évangile - ou du Coran ? - les déclarations de Bachar, ce criminel qui devrait être déféré devant la Cour pénale internationale pour y répondre de ses crimes. Quelques journalistes font encore leur travail, ils reviennent indignés, quand ils reviennent, quand leur statut ne les a pas protégés de l'assassinat ou de l'enlèvement (ce qui revient souvent au même). J'ai beau tendre l'oreille, je n'entends pas nos brillantissimes politiciens prendre parti devant les caméras du 20 heures, il est plus facile de s'indigner quand un journal -qui devait bénéficier d'une protection digne de ce nom - est attaqué par des "pétés de la tête". Picasso nous a offert Guernica, cette oeuvre

 désormais connue du monde entier. Rappelons seulement que tandis que l'Europe restait l'arme au pied, dans un courage qui nous stupéfie encore, Hitler entrainait son aviation à bombarder des objectifs civils. Nous n'avons rien fait à l'époque, quelques uns, dont Simone Weil, André Malraux, Georges Bernanos, Jacques Maritain, François Mauriac tentèrent bien d'alerter le monde des idées, leurs voix furent couvertes par celles de Brasillac, Paul Claudel -un fumiste celui-là- ou encore Drieu la Rochelle. Préfiguration d'une collaboration qui devait durer quatre ans et plonger le monde dans l'enfer, entraîné par un fou drogué le sinistre Hitler. Nous ne cessons depuis de ressasser les crimes de cette époque, et nous ne voyons pas ceux qui sont perpétrés sous nos yeux. Les générations futures pourront peut-être admirer dans un musée deux toiles de peintres, l'une s'appellerait Guernica, l'autre Alep: l'artiste est peut-être déjà en train d'élaborer son oeuvre, il en a tous les éléments sous les yeux.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié