Les français ont un pouvoir mais ils ne le savent pas

Les français ont un pouvoir, mais ils ne le savent pas.

Notre tout petit timonier, Macron, impose sa politique en faisant semblant d’oublier que sa base électorale était de 18.2% des inscrits au 1er tour. Et qu’il a été élu au second tour face à un repoussoir perçu comme tel par 70% de la population. Qu’en pense les 81.80% restants ?

  • Constat : Il continue de mettre en œuvre sa casse sociale, totalement sourd aux grèves et aux manifestations.
  • Et nous, nous sommes toujours là, bien décidés à nous faire entendre. Mais comment ?
  • Son point sensible : La grande économie nationale et l'argent.
  • « Allons le chercher » comme il nous y a invité, mais, sur ce point sensible. Intéressons-nous aux grandes entreprises, multinationales, grandes banques, et à toutes les entreprises à qui il a promis de fournir de la main d'œuvre servile et bon marché.
  • Comment : Par notre pouvoir………………………………d'utiliser notre argent (pour ceux qui en ont un peu) à notre guise ; moyen de paiement, niveau de dépenses, destinataires de nos achats.

Quelques exemples d'actions, glanées ici ou là, que j'applique déjà depuis quelques temps ; je ne suis pas le seul, mais isolé tout de même. Et le but est qu'une action de masse soit visible et puisse être revendiquée comme telle.

Nous disposons tous, à des niveaux divers, d'un salaire ou d'une retraite et plus généralement de revenus. Et nous sommes maître d'une bonne partie de son utilisation (hors loyer, remboursement de prêt, EDF, Gaz, eau, quoique........pour les trois derniers). Interrogeons-nous sur notre servilité et notre inclination à la facilité dans la gestion de cet argent.

Exemples d’action :

  • Nos modes de paiement : retirons un maximum d’espèces et assurons ainsi le paiement de tous nos achats de moins de 1000€. Cela obligera les banques à considérablement augmenter l'appro des distributeurs et ensuite à gérer le retour de cette masse d'espèces en provenance des commerçants. Il faut de plus savoir que nos achats sont catégorisés par les banques, puis ces données (data) sont revendues à des institutions. Avec les achats massifs en espèces, cela ne devient plus possible.
  • Pour ceux qui ont la chance de ne pas avoir de problèmes de fin de mois, il est peut-être possible de décider de limiter ses dépenses à 70, 80 ou 90% des dépenses habituelles et ce sur une durée raisonnable et prégnante d’environ trois mois.
  • Dans la mesure où l'on peut se le permettre, flécher nos achats vers de petites entreprises équitables, locales et/ou écolo. Cela est partiellement possible même pour des personnes aux revenus modestes (je n'ai pas dit faible) à condition par exemple de se dire que l'on va réduire un peu le budget viande et alcool par exemple et l'affecter à des produits un peu plus chers et de meilleure qualité.
  • Réduire autant que faire se peut nos achats pendant un minimum de 3 mois (report de certains achats peut-être non immédiatement indispensables, voitures, téléphones, gadgets).
  • Réduire ses parcours en voiture ; à l'idéal, une diminution d’un total de1000Km durant 3 mois génère un manque à gagner fiscal pour l’Etat de 67.500.000,00€ pour 1 million de participants sur 3 mois. Même si ce n'est pas 1000km, d'autres feront peut-être plus et nous ne serons peut-être beaucoup plus qu'un million.
  • Est-il judicieux de faire ses achats dans des multinationales qui ne paient pas leurs impôts en France, qui maltraitent leurs salariés (petits salaires et horaires découpés) les grosses structures dont Amazon, Lactalis, Nestlé…La liste exhaustive reste à faire, et d'accepter de donner gratuitement nos données à Google, Facebook, Apple qui eux en vivent en les revendant ? Les alternatives existent. Utilisons-les !
  • Pour ceux qui ont quelques économies sur un livret A par exemple : prenons 2000€ au nouveau taux de 0.5% l'an, cela fera tout de même 10€ d’intérêt ! Génial ! Je propose de fermer ce livret pour créditer son compte courant, puis de vider ce compte en récupérant progressivement des espèces que l'on stocke chez soi (ou que l'on utilise en prêt pour faciliter le démarrage de la petite activité d'un voisin et/ou ami par le biais d'une Cigale*). Et pour compenser le manque des 10€ ? Pour ma part il me suffit de décider de me passer d'une petite sortie en voiture d'environ 25km, ce qui pour un coût moyen de 0.40€/km, me procure une économie de 10€. Et j'ai un tout petit peu moins pollué ma région (*et ma voisine ne va plus se faire exploiter chez Leclerc, mais démarre une petite activité indépendante). Ce qui est possible avec le livret A, l'est tout autant avec un LDD et autres livrets qui ne rapportent quasiment plus rien. Par contre, le cumul de toutes les fermetures sera très mal vécu par les grandes banques. Et comme cela ne me suffit pas, je décide ensuite de réduire drastiquement l’activité de mon compte au C Agricole, à la C d'Epargne, au Crédit Mut, SG, BNP et autres grandes banques qui n'ont aucune éthique environnementale, en limitant cette activité aux prêts en cours et d'ouvrir un compte au Crédit Coopératif ou à la NEF pour le reste. Grosse panique et gros bazar assuré.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, toutes ces entreprises sont extrêmement sensibles à de toutes petites variations de l'ordre de 1 à 2% de leur chiffre d'affaire. Alors imaginez si on arrivait à 3 ou 4% !

Additionnons toutes ces actions et d'autres encore ; je suis sûr que l'impact sera marquant ; bien entendu, tout ceci ne vient pas se substituer aux grèves, et autres formes d'action. Cette action économique ne vient que renforcer ce qui se fait déjà.

Cela ne sort que de ma petite tête ; je suis très preneur d'autres idées......

  • Conclusion : Nous avons le pouvoir de déstabiliser les soutiens principaux du tout petit timonier : les banques, la grande distri, les assurances et autres multinationales et leurs petits copains qui se contrefoutent de l'écologie et des conditions de vie de la population.
  • Attention ! Toutefois, il faut bien prendre garde de ne rien entreprendre qui mettrait en péril l’économie de proximité.

Et pour un impact plus fort, je pense qu’il faudrait que ce genre d’initiative soit coordonné dans le temps (par exemple du 1er avril au 31 juin) et relayé par des collectifs citoyens d’envergure nationale.

Qui croit à cette idée ? et qui peut m’aider ?

 

Source chiffres élections présidentielles 2017: https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9sultats_d%C3%A9taill%C3%A9s_de_l%27%C3%A9lection_pr%C3%A9sidentielle_fran%C3%A7aise_de_2017

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.