jkrassovsky
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mars 2020

Test covid -19 Drive-in à Paris et système D

Sur fonds de scandale du manque de masques et de tests, des initiatives locales s'organisent pour tester (enfin) les soignants. Au menu : système D et bricolage mais aussi engagement d'acteurs locaux ; médecins de ville, labo, collectivités territoriales qui pallient au manque d'anticipation et de coordination nationale face à une pandémie mondiale.

jkrassovsky
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Test Coronavirus au drive-in de la mairie du XVIIe arrondissement de Paris © Sophie Brandström - Signatures


Ce vendredi 27 mars au matin, un ballet inédit a pris place à la mairie du XVIIe arrondissement de Paris, transformé en drive-in de test au coronavirus. Après avoir décliné son identité au vigile de l’entrée et récupéré un masque, Jacques, chef du service d'anesthésie d'un grand hôpital parisien, pénètre au volant de sa voiture dans la grande cour en forme de U. Quelques mètres plus loin, il s’immobilise face à une tente blanche d’où sort un médecin qui le questionne sur ses symptômes et prend ses coordonnées. L'hospitalier est inquiet, il se sent fourbu depuis deux jours sans savoir s'il doit l'attribuer au rythme effréné auquel il est confronté ou à un début de maladie. Un peu plus loin, une biologiste, chasuble, charlotte sur la tête, lunette de protection et masque FFP2, procède en quelques secondes au prélèvement à l’aide d’un coton-tige inséré dans sa narine. Jacques n’a plus qu’à remonter la vitre et repartir sans même avoir à faire demi-tour. Bien pratique, la cour de la mairie dispose en effet d’une sortie. L’échantillon sera envoyé dans la journée au laboratoire, Jacques aura le résultat dans un délai de 24 heures. Ce concept de drive-in emprunté à la Corée du sud, est désormais ouvert à tous les professionnels de santé parisiens présentant des symptômes du coronavirus. Il leur suffit pour se faire tester de prendre préalablement rendez-vous sur Doctolib.

A l’origine de ce dispositif on trouve deux médecins. Le généraliste Marc Baillargeat, membre du conseil départemental de la ville de Paris de l’ordre des médecins et le pédiatre Sydney Sebban, coordinateur du réseau bronchiolite d’Ile-de-France et membre du comité technique de vaccination de la haute autorité de santé. Les deux hommes se connaissent, ils exercent tous les deux dans le XVIIe arrondissement de Paris et travaillent ensemble à la constitution d’une communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) dans leur quartier. « Dès le confinement, les cabinets de ville ont été déserté. Le constat c’est que les malades chroniques ne sont plus pris en charge, or il nous faut des médecins et des paramédicaux en état pour assurer aussi le suivi des patients habituels sans risque de les contaminer ou de se voir contaminer et de propager ainsi le virus » assure Marc Baillargeat. En première ligne, les soignants ne disposent pas d’une réserve de masques suffisante pour affronter l’épidémie et jusqu’ici ils ne pouvaient pas non plus se faire tester. Face à cette situation, c’est donc le système D qui prédomine.

L'initiative des deux médecins libéraux a débuté le jour suivant l’annonce du confinement. Dès le mercredi 18 mars, Sydney Sebban décroche son téléphone pour joindre le maire du 17e, Geoffroy Boulard et lui expose le projet. Rendez-vous est pris à la mairie. Celle-ci dispose d’une grande cour, « une configuration idéale pour installer un centre drive » admet l’édile qui se laisse volontiers embarquer dans l’aventure. En quelques jours les deux médecins activent leur réseau et dénichent trois laboratoires du quartier qui disposent enfin de tests. De fait, autorisés officiellement dès le 9 mars, à réaliser les tests de dépistage du Covid-19, ces laboratoires privés étaient jusqu’ici dans l’incapacité de le faire. Faute de kits nécessaires aux analyses, dont les masques et surtout les réactifs du test en pénurie car provenant principalement de Milan en Italie, d’Allemagne et de Chine ! Tandis que les deux médecins organisent la logistique avec les laboratoires et les concertations avec l’Agence régionale de santé, la mairie loue quelques tentes et s’en fait même prêter par les pompiers. Il ne reste plus qu’à constituer deux équipes (une pour le matin, une pour l’après-midi) composées chacune d’un médecin et d'une biologiste pour assurer les prélèvements. « On a fait avec les moyens du bord. L'ordre départemental des médecins nous fournit cinquante masques par jour, on a récupéré aussi des chasubles et des gants. Quand la bonne volonté est là on y arrive » sourit Sydney Sebban. Ce matin là en effet, c'est Didier Evenou, kinésithérapeute et président du réseau bronchiolite d'Ile-de-France qui accueille les candidats au test. "Une trentaine de mes confrères et consoeurs se sont déjà porté volontaires pour assurer la suite" précise t-il. Le drive compte en effet assurer cinquante tests par jour la première semaine et monter en puissance si le besoin l’exige. D'ores et déjà cette première matinée annonce la couleur. L'information de l'ouverture du centre dépistage a en effet commencé à circuler bien au delà du quartier. Aux côtés des médecins de ville d'autres soignants se sont présentés tôt ce matin sans rendez-vous comme cet interne d'une clinique de banlieue tout droit sorti de sa garde. "On n'allait pas le renvoyer" confie Sydney Sebban. Le pédiatre ne croit pas si bien dire. Derrière lui un commissaire de police patiente pour obtenir des informations. Quatre membres de sa brigade de nuit présentent des symptômes. "Je suis du quartier. Quand j'ai su pour le centre de dépistage, j'ai décidé de tenter ma chance. Je dois quand même savoir si je peux continuer à faire travailler mes gars sans risquer de contaminer toute la brigade". Là aussi impossible de refuser. Sydney Sebban s'engage à recevoir les policiers en fin de journée. 
A ce rythme la centaine de tests journaliers promis par les laboratoires sera t-elle suffisante ?

Un centre de dépistage est également ouvert sur le site du parc des Expositions de la porte de Versailles (Paris XVe).

Ailleurs aussi, les initiatives se multiplient. A Neuilly-sur-Seine et à Lisses, des drive-in de test se sont ouverts dès le 19 mars à l’initiative de laboratoires privés. Dans le midi, Labosud, qui regroupe 74 laboratoires de biologie médicale dans le Gard, l’Hérault et les Bouches-du-Rhône, organise des tests à Arles, Montpelliers, Alès, Nîmes et Béziers.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis