JL Gaby 03
Ingénieur électromécanicien, artisan solaire retraité
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 janv. 2021

Stop aux élevages industriels et au confinement des volailles : désobéissance civile!

A l’Assemblée nationale, sont actuellement débattues des mesures visant la protection animale, excluant évidemment les élevages industriels… Aussi, parlons en. Une nouvelle poussée de grippe aviaire (encore un virus…) impose aux possesseurs de quelques poules de les confiner… Une action de désobéissance civile ne serait-elle pas de laisser ses volailles profiter de leur parcours en plein air ?

JL Gaby 03
Ingénieur électromécanicien, artisan solaire retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le problème vient de l’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) de souche H5N8, très contagieux parmi les oiseaux sauvages et aussi les volailles, découvert dans les rayons animalerie en Haute-Corse et dans les Yvelines, ce qui a conduit le ministre de l’Agriculture à décréter, depuis le 17 novembre, des mesures de biosécurité (mesures techniques en réponse à un problème causé par la technique !) dans les exploitations de volailles et d’autres oiseaux captifs.

Parallèlement, pour tous les élevages non commerciaux (basses-cours), une déclaration de détention de volailles doit être effectuée sur le site du Ministère de l’Agriculture et, pour éviter tout contact avec la faune sauvage, s’appliquent des mesures de confinement des volailles, ou de pose de filets pour empêcher la contamination des grands élevages industriels.

Respecter cette consigne revient à protéger ces grands élevages industriels, où sont entassés des animaux standardisés, traités aux antibiotiques et possédant un même code génétique, donc plus sensibles aux infections, et qui font fi du bien-être animal. 

On assiste à une flambée des épidémies animales : peste porcine qui, en vingt-quatre mois, a réduit de moitié le nombre de porcs en Chine, fièvre Q chez les chèvres, maladie « de la langue bleue » chez les moutons, fièvre catarrhale ovine…

Selon l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) ( l’équivalent de l’OMS pour la santé animale ), le nombre d’épidémies dans l’élevage a presque triplé dans les quinze dernières années.

L’abattage préventif de plusieurs centaines de milliers de canards est-il la panacée, alors qu’il empêche les animaux de développer une résistance à la maladie ?

En réalité, les grandes fermes industrielles sont présentées comme la solution, alors qu’elles sont le problème.

Comment rendre responsable la faune sauvage de la dissémination des maladies infectieuses dans le monde, comme le fait l’Organisation mondiale de la santé animale, alors que c’est l’action de l’homme qui perturbe le cycle naturel ?

Le développement consumériste de notre société, exacerbé par la publicité et par le développement des échanges, est arrivé à un tel niveau d’exploitation que la nature nous oblige à confiner humains et animaux.

Les possesseurs d’une basse-cour, ne serait-ce que d’une seule poule, et opposés à ces élevages industriels, ne devraient-ils pas entreprendre une action de désobéissance civile en laissant leurs poules sortir, comme à l’habitude, pour profiter d'un espace de nature où elles peuvent vivre sans contraintes? Cette action ne devrait-elle pas inciter les éleveurs dits "performants" à se reconvertir vers des productions animales de qualité, évidemment bio, donc respectant le bien-être animal, et sans impact sur l’environnement ?

Débattre à l’Assemblée nationale de mesures visant la protection animale, sans intégrer l’élevage intensif, pourrait laisser penser que les animaux de cirque sont moins bien traités que les animaux dans les élevages concentrationnaires…

N’est-il pas temps d’aller vers une société infiniment plus sobre, préservant réellement notre environnement, et de bannir animaleries et élevages industriels ?

L214 ne pourrait-elle pas relayer cette proposition de boycott ?

Ressources:

https://reporterre.net/Peste-porcine-grippe-aviaire-L-elevage-industriel-source-d-explosions-epidemiques?fbclid=IwAR0ZLcDvs5X-m-pC1-6uNt1TIX5bkEL0Ban1RKoLq3SsthaJ5XHMffiq1u8

https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/01/13/grippe-aviaire-l-industrie-agricole-a-cree-un-nid-douillet-pour-les-pathogenes_6066123_3244.html?fbclid=IwAR2Fl_HdC3cceluqsMeMXmgTh_iawoL1PbsqZ91Xd4OIVBcUDtLCAgrth4Y

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le « wokewashing », la nouvelle stratégie des majors pétrolières
La justice raciale, le féminisme et les droits LGBT+ sont de plus en plus mobilisés par les géants pétroliers pour convaincre des bienfaits de leurs activités fossiles. Une pratique récente baptisée « wokewashing » et qui n’a qu’un seul objectif : retarder l’action climatique pour continuer à nous abreuver de pétrole.
par Mickaël Correia
Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal — Libertés publiques
« Une gestion exclusivement policière de la crise sanitaire »
« La logique aurait voulu que les autorités adoptent une approche sanitaire et sociale » pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, pointe la professeure de droit public Diane Roman, qui regrette que, « désormais, tout se résolve en termes de mesures policières ».
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS