Si on regardait la prison ?

présententSi on regardait la prison ?Un cycle de rencontres pour voir la prison autrement L’image de la prison en France reste marquée par des représentations qui contribuent à sa stigmatisation. Au-delà des idées reçues, l’essentiel est souvent tu, car il symbolise les difficultés d’un système répressif marqué par l’histoire et tiraillé entre les deux pôles de sa mission : exécution de la peine et réinsertion. Il n’en demeure pas moins que la politique carcérale constitue un marqueur fort de l’état d’une démocratie.


présentent

Si on regardait la prison ?

Un cycle de rencontres pour voir la prison autrement


L’image de la prison en France reste marquée par des représentations qui contribuent à sa stigmatisation. Au-delà des idées reçues, l’essentiel est souvent tu, car il symbolise les difficultés d’un système répressif marqué par l’histoire et tiraillé entre les deux pôles de sa mission : exécution de la peine et réinsertion. Il n’en demeure pas moins que la politique carcérale constitue un marqueur fort de l’état d’une démocratie.

Le cycle de rencontres « Si on regardait la prison » souhaite donner à chacun un accès à cet univers carcéral complexe en donnant la parole aux acteurs de terrain :

  • en prenant conscience des réalités quotidiennes des détenus à travers des films documentaires ou reportages multimédia
  • en analysant les problématiques carcérales à travers des échanges avec des professionnels du secteur, des sociologues, réalisateurs, anthropologues, économistes, architectes, photographes...
  • en découvrant les ateliers proposés en prison, pour aborder le thème d'une réinsertion possible.

Loin d'une approche dogmatique, les rencontres se veulent un carrefour de pluralité d'opinions qui permettront une approche constructive de ce sujet, mais aussi des temps de découverte et d'échange.

Carceropolis, Les lucioles du doc et le Festival International du Film des Droits de l'Homme s'associent pour l'organisation de ce cycle de rencontres.

Première rencontre MERCREDI 27 MAI 2015 - 19h00 au Centre Barbara Fleury Goutte d'Or / Entrée libre

Entrée libre

 

PROGRAMMATION MERCREDI 27 MAI 2015 - 19h00

PROJECTIONS

19h00 : « A une condition »,
court-métrage d'animation
réalisé par des détenus.

Projection du film (9’37’’) et de son making-of (7’53’’), réalisés dans le cadre de l'atelier vidéo du centre de détention de Roanne (42) animé par Judith Lesur (Cie cadavres exquis).

19h30 projection « Le déménagement »,
documentaire
réalisé par Catherine Réchard.

À Rennes, comme dans d’autres villes françaises la prison, construite au début du XXe siècle, déserte le centre ville pour un centre pénitentiaire moderne de 690 places, en périphérie. Alors que le déménagement approche, et avec lui la perte inévitable des repères qui rassurent, les personnes détenues et l’ensemble du personnel ont tous une seule et même question : que sera la vie dans cette nouvelle prison  ?

Au-delà de la prison, le film questionne l'idée commune selon laquelle nouveauté et avancée technologique signifient nécessairement mieux-être et progrès.
(54’).

Projection suivie d'un échange avec la réalisatrice.

 

PROJET MUSIQUE

21h30 : présentation du projet et des extraits de l'album Casse-Muraille, avec Jean-Marc Le Bruman, coordinateur culturel SPIP

Faire vivre la culture en prison et montrer à tous qu’elle existe. C’est le beau défi relevé par les détenus de la centrale de St maur dans l’Indre. Ecrit et enregistré en prison, produit grâce à un financement participatif, l’album 5 titres Casse muraille témoigne de l’engagement de toute une équipe réunie par la passion de la musique, au-delà des murs.


La soirée se terminera par un temps d'échange autour d'un verre.


Accès :
Centre Barbara-Fleury Goutte d'Or
1, rue Fleury / 75018 Paris
Métro : Barbès-Rochechouart
Bus : 30 - 31 - 54 - 56 - 65 / RER : Gare du Nord

Réservation possible : info@carceropolis.fr


Plus d'informations :
www.carceropolis.fr
www.lesluciolesdudoc.org
www.festival-droitsdelhomme.org

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.