Art, Philosophie et Humanisme

en dehors de la politique et du travail forcé les gens semblent relativement incapables d'être constructifs ensemble

l'engagement politique représente cette illusion de mouvement ou d'action collective

collectivement personne ne semble réellement aux commandes de notre société, vaguement les banques et la technocratie, qui défendent leurs intérêts qui semblent parfois contraires de ceux de la démocratie et de la politique pour l'intérêt de la communauté.

on pourrait changer complétement de système pour des valeurs différentes si les uns et les autres de droite comme de gauche étaient capables de s'entendre au delà des clivages politiques pour permettre de rendre plus objectif, transparent et démocratique le fonctionnement de la politique.

pour en dépasser l'inertie et la nocivité du manque d'humanisme.

personnellement, je serais prêt à manifester pour demander quelquechose de concrêt qui permette progressivement de changer un peu la donne et l'ordre des choses , sans pour autant vouloir stigmatiser qui que ce soit mais de proposer un autre dynamisme, une autre logique.

cette réaction populaire serait souhaitable, mais n'a de sens aujourd'hui qu'en proposant une réforme constructive, une amélioration du système actuel et non pas seulement une contestation qui est cependant nécessaire.

reprendre collectivement le sort de la politique pour en améliorer le fonctionnement et ne pas se contenter de se laisser dicter des lois par des mentalités qui sont complétement rétrogrades.

par l'engagement intellectuel, politique au sens premier du terme, et si il le faut par sa personne physique pour défendre ses idées.

se mettre daccord avec les uns les autres et être capable d'agir.

sommes-nous capables de se mettre daccord ensemble pour l'intérêt commun et d'agir ou de s'engager ensemble pour défendre nos idéaux ?

 

 

________________________________

 

 

j'aurais put écrire un texte des plus académiques sur la conception d'une philosophie contemporaine, de la définition d'un humanisme, d'une pensée nouvelle pour dépasser les problèmes actuelles de notre société.

 

j'ai remarqué qu'il y a de nombreux philosophes sur médiapart, d'enseignants, je pense que globalement nous pourrions être daccord.

 

je n'ai pas la prétention d'être un penseur, politicien ou philosophe, pas davantage que enseignant non plus.

 

cependant mon constat et ma philosophie sont simples, ce que nous aimerions en tant que société contemporaine mondialisée actuellement pourrait se résumer à souhaiter créer de l'équilibre et de la beauté, signe de notre civilisation.

 

quel équilibre ? là est toute la question de notre progrès, de notre contrat social.

 

qu'est-ce que l'humanisme ? être gentil avec son prochain ? se faire des bisoux ? quand la gauche parle d'humanisme cela peut se comprendre pour l'idée par exemple que mettre des portiques à l'entrée des écoles n'est pas un signe de sérénité, n'atténuera pas la violence, mais risquera de créer au contraire un climat sécuritaire oppressant ou l'on serait tenter de contourner des rêgles qui semblent inhumaines.

 

la société qui se construit actuellement et les enjeux du monde contemporain, sont à une étape pour le moins intrigante.

 

le 20 ème siècle a connu les pires atrocités, 14-18, la shoah, nagasaki, hiroshima, l'humanité a connu des progrès également mais le spectre du terrorisme et de l'horreur, de la guerre, du désordre sont toujours présents dans notre société. La partie du monde dans laquelle nous vivons en semble relativement épargnée, et nous nous soucions davantage des questions d'écologies, mais à l'image de l'ensemble du monde la violence est sans cesse présente, qu'il sagisse de la pauvreté et de la faim ou des maladies en afrique, de l'exploitation du peuple chinois, de la guerre en iran, de l'intégrisme, de l'économie en russie, du traffic de drogue en amérique du sud ... enfin le monde n'est pas un long fleuve tranquille.

 

je pense par ailleurs que nous risquons d'être perpétuellement en crise économique, dès lors que les objectifs de profits des multinationales et de leur dirigeants ne pourront être atteints, on souhaite pomper sur l'ensemble de l'économie mondiale, les ressources et le travail des hommes pour créer de la grandeur, du dynamisme économique, mais sans une " vision d'harmonie ", c'est une tautologie sans fin.

 

et personne n'est en mesure de redonner du sens à ce système basé sur un progrès qui pollue, austracise les êtres, crée des désordres géopolitiques, ne permet pas de définir un horizon meilleur pour notre société et notre humanité. Le monde avance cahin caha avec parfois de grand dangers ou remises en question, le monde ne s'autodétruit pas, on se maintient, nous sommes en 2009 et il y aura bientot 10 milliards d'êtres humains sur notre planète, mais on ne peut pas dire que la gestion de notre politique mondiale avec la précarité, les guerres, les désordres économiques soit un exemple pour quiconque viendrait à visiter notre planète.

 

 

les humains construisent le monde et la politique, avec des sytèmes économiques et médiatiques qui s'adressent maintenant à une humanité de 6 milliards d'humains, avec des sytèmes idéologiques et théoriques, religieux et spirituels plus ou moins aboutis, chacun possède une vision du monde qui lui est plus ou moins personnelle devant être en cohérence avec l'évolution globale de notre société mondiale en déséquilibre et en recherche de nouveaux repêres, de nouveaux systèmes et dynamisme.

 

l'êre de la lumière, d'internet et de la communication du village global de la mondialisation est au centre de ces mutations, en souhaitant redéfinir un ordre nouveau du monde, ou l'on serait davantage plus libres, on l'on vivrait davantage en harmonie.

 

est-ce réellement l'impression que donne l'arrivée des nouveux médias depuis 2000 ? au contraire la pouvoir se dématérialise, l'autorité se fait plus retorse, et plus incohérente et l'absurdité de notre système semble prendre encore davantage d'ampleur ( en france en tout cas, entendre que la politique se résume à hadopi, le port de cagoule dans les manifs, le karcher, et les portiques à l'entrée des écoles ) , le projet politique d'une communautée mondiale en équilibre économique ou chacun serait plus épanoui et plus libre est fortement remis en question par la crise actuelle qui destabilise l'ensemble des systèmes de productions, de travail, d'accession aux richesses.

 

non, un humanisme contemporain serait de redonner un sens à notre progrès, à notre façon de travailler ensemble pour des valeurs simples d'humanisme, de permettre en somme de reprendre notre pouvoir sur le monde, un pouvoir qui s'est agrandit grace à la technologie, mais dont nous avons perdu une vision globale de développement qui soit cohérent, parceque le système fonctionne en quelque sorte tout seul, avec la logique du libéralisme, tant que les piliers du libéralisme se maintiennent, il peut y avoir des guerres, de la souffrance, du malheur, les tenants du libéralisme et en l'occurence la droite maintiendront cette logique par tout les moyens, alors que leur finalité semble vouloir permettre de défendre une vision du progrès, on regresse constamment sur notre vision de l'humanité et de notre capacité à en améliorer le sort.

 

la volonté des hommes et des femmes de dépasser ce système et cette logique pour le moins mortifère et schizophrène se fera par l'intelligence, la recherche, la volonté de redonner un sens à notre développement, et à notre progrès en comprenant les uns les autres que nous pouvons contribuer à construire un monde meilleur et qui s'améliore dans les domaines de la paix, de l'économie, de la science, des relations humaines.

 

cette révolution des esprits aménera fatalement un nouveau système politique, une nouvelle organisation du monde plus équitable, ou une cohérence nouvelle se dégagera de notre organisation politique mettant à bas toutes sortes de mesquineries, cette volonté pourrait se construire dès à présent face au marasme actuel et les dangers du monde contemporain, il faudrait pour cela être capable de défendre une vision commune et collective qui permette de donner l'exemple et par petites touches de renverser certaines absurdités de notre monde moderne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.