jlamo
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

2 Éditions

Billet de blog 8 mai 2009

Les personnes que j'ai rencontré et que j'aime bien via médiapart

jlamo
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

gwenael glatre
humaro
jean claude charrié
marielle billy
melchior griset labuche
patrick rodel
velveth
dann

serge koulberg
philippe corcuff
jean paul yves le goff

pfsim

fantie b

pascal b

setbom

renarblanc

corinne n

stéphanie serre

il doit y en avoir également bcp d'autres, enfin j'ai identifié un ensemble de réfléxions qui me correspondent,

je pense que ensemble si on était partagait une volonté commune

on pourrait construire une révolution de l'intelligence, de la philosophie contemporaine et politique

en demandant ou en prenant à l'état ce qui nous appartient , un lieu physique , un espace pour se rencontrer pendant notre temps libre ou qui nous permette de développer des projets, des initiatives artistiques, sociales, culturelles, politiques

democratiquement, parceque nous serions capables de s'entendre ensemble sur une idée forte, et par volonté d'apporter quelquechose à la société, de proposer et de construire une direction, une dynamique pour l'art, les nouvelles technologies, la science, la connaissance.

avec le réseau que représente médiapart, dont edwy plenel , ainsi que les journalistes de médiapart, il y a incontestablement une force politique, et un potentiel d'innovation, d'action, de capacité à proposer des idées et à permettre de les imposer sur le terrain politique, en dehors des clivages politiciens traditionnelles.

la politique n'est que une échéance tout les 5 ans et le reste du temps de la stratégie, et jamais la capacité aux citoyens de proposer, de se faire entendre, de demander à l'état de défendre des projets, d'avoir une influence sur le cours de la vie culturelle et politique de notre société.

je sais pertinement que face à une telle demande, et projet il est inutile d'attendre une écoute bienveillante de la part du gvt sarkozy ou de christine albanel, et rien que pour cela ce type d'initiatives mérite d'être défendue. parceque les responsables politiques ne sont pas là pour nous diriger mais pour être au service des citoyens, de tout les citoyens.

alors il faudrait pourquoi pas le faire par la force, des manifestations dans la cour du palais royal, pourquoi pas si une initiative vaut la peine d'être défendue et satisfait différentes personnes c'est assez rapide et simple de rassembler 3 ou 400 pers, d'avoir une couverture médias, dès lors que l'on construit cette action avec des personnes qui ont des intérêts communs, et peuvent habituellement rassembler des centaines de milliers de personnes pour dire leur désarroi, pourquoi pas 500 parmis les chercheurs, les enseignants, les étudiants, les artistes anti-hadopi, les personnes de l'opposition avec une communication simple sur le projet et un mot d'ordre pour nous organiser, ce serait pour certains un jeu d'enfants.

ce projet lequel est-il ? obtenir un lieu physique , je souhaiterais le lycée diderot pour son emplacement et son histoire, pour défendre une solidarité active, ou professionnelles et amateurs travaillent ensemble , créent de la peinture, de la sculpture, de la musique, du théatre, du cinéma, des projets artistiques ont les moyens de construire des projets artistiques, crée une dynamique artistique pluri-culturelle synonyme d'une solidarité , pouvant permettre de construire une conscience politique commune basée sur l'art, et des moyens concrets de concrétiser différentes initiatives.

un espace dans notre société, ou artistes, scientfiques, responsables associatifs peuvent se rencontrer et construire des projets ensemble, poursuivre un débat et en permettre la construction de projets divers et variés basé sur la créativité et une conscience humaniste.

personnellement, ce qui m'intéresse est le progrès de la science, de la robotique, de la communication, de la technologie parceque je pense que c'est un moyen concrêt de transformer le monde, de permettre aux uns et aux autres de mieux vivre ensemble et de faire avancer notre société. Ainsi que un ensemble de questions philosohiques, de recherches et de projets sociologiques, pourquoi pas l'ethnologie, l'anthropologie qui n'ont plus de moyens d'être financés autant que cela devrait l'être dans notre monde, une approche globale d'une dynamique commune liée à l'art, à la recherche scienifique et technologique par la création d'une solidarité concrête entre les différents acteurs qui représentent ces activités et souhaiteraient travailler davantage ensemble.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Nouvelle-Calédonie : la faute d’Emmanuel Macron
En maintenant le troisième référendum d’autodétermination le 12 décembre, malgré la crise sanitaire et politique qui frappe l’archipel, le président de la République déchire un contrat signé il y a trente ans. Le processus de décolonisation va se conclure en l’absence du peuple colonisé. Une aberration politique aux lendemains dangereux.
par Ellen Salvi
Journal — France
Affaire Tapie : radiographie d’une escroquerie au cœur de l’État
Mediapart publie l’intégralité de l'arrêt de la cour d’appel de Paris qui décrypte la mécanique de l’escroquerie ayant permis à Bernard Tapie d’empocher frauduleusement 403 millions d’euros. Les magistrats résument le scandale d’une formule choc : « Les intérêts de M. Tapie étaient pris en considération au plus haut niveau de l’État. »
par Laurent Mauduit
Journal — International
Paris et Rome s’accordent a minima pour peser dans l’après-Merkel européen
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila