j.lewkowicz
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 sept. 2021

Antisémitisme dans les manifestations : quelles responsabilités ?

L'affichage public, répété de manière organisée, à visage découvert d'expressions de haine antisémite est inouïe depuis 1945. Il est possible de l'expliquer par le jeu simultané des manœuvres adoptées par les différentes forces en présence. La notion de "construction d'un espace obscurantiste" éclaire l'enchaînement explicatif.

j.lewkowicz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La France possède un réseau d'assistants sociaux, de médecins et de pharmaciens. Il aurait pu être mobilisé de façon proactive, en allant à la rencontre des citoyens non-vaccinés à la Covid, un par un, afin d'atteindre l'objectif  des 90 % de vaccinés. Ceci n'a pu avoir lieu car ce réseau est très insuffisant. Cette insuffisance est le résultat de politiques gouvernementales, constantes depuis 30 ans, ayant pour objectif un Etat et des services publics toujours plus réduits. En l'espèce, la réduction du nombre de lits d'hôpitaux (lesquels servent aussi à former les médecins) a conduit la France à souffrir d'une insuffisance de praticiens de sorte que la seule mobilisation possible fut seulement réactive au lieu d'être proactive. Elle a consisté à proposer le vaccin seulement aux patients en consultation et non  à l'ensemble des citoyens. Des pays comme le Danemark ou l'Espagne ont atteint les 90 % de vaccinés sans recourir à des mesures pénalisantes. En France, en conséquence de la situation décrite ci-dessus, le gouvernement n'a pas hésité à adopter des mesures de pression et de contrôle dont il était facile de prévoir qu'elles allaient susciter une opposition. Bien entendu, il existait, préalablement à ces mesures, une réticence à la vaccination et une méfiance envers les contrôles. Mais les décisions prises ont permis à des opinions jusque là dispersées de s'agglutiner, de s'agglomérer et de se cristalliser. Ce faisant, Macron a construit un espace qui offrait une place de choix à l'expression de la haine antisémite.  Bien entendu, l'antisémitisme existait auparavant : à preuve la manifestation du jour de "colère" de février 2014. Mais c'est la première fois qu'il s'est exprimé de manière aussi ouverte en bénéficiant de la neutralité bienveillante de plusieurs centaines de milliers de manifestants.

Qu'on nous comprenne bien. Il ne s'agit pas d'accuser Macron d'antisémitisme, même si les éloges qu'il a prononcés de personnages clairement antisémites comme Pétain et Maurras incitent au doute. Mais Macron a bâti une opposition qui lui convient car elle lui permet d'arborer l'image d'un bouclier de rationalité face à l'irrationalité d'un espace d'obscurantisme pourtant construit par ses propres soins.

Toutefois, l'action de la gauche dans cette affaire n'est pas neutre. Le PS, en proposant une obligation vaccinale, n'a fait qu'apporter sa pierre à l'édification de l'espace d'obscurantisme. Alors qu'aux USA, Bernie Sanders a appelé très tôt ses concitoyens à se vacciner, il a fallu attendre le 25 aout pour que le site du PCF publie un texte appelant à la vaccination. Quant à la France insoumise, si elle a assorti la vaccination d'un "oui" le 21 juillet, sans pour autant y inciter, elle n'a pas hésité à appeler à manifester le même jour, à la même heure que l'extrême droite, contribuant ainsi à la confusion générale. L'ensemble a permis à Macron de remporter une victoire politique en se vantant d'avoir permis la vaccination de 50 millions de Français. Cette collection d'erreurs a pour origine, chez le PS, un invraisemblable manque de lucidité et une perméabilité aux solutions de force qui ne révèlent que sa faiblesse politique. Cette même faiblesse explique le comportement de la France insoumise et du PCF dont on peut penser qu'ils ont voulu capter à leur profit, au moins pendant un temps concernant le PCF, de manière démagogique, le mécontentement créé par les pressions du pouvoir.

Le bilan d'ensemble de la vie politique française apparaît ainsi comme très négatif.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND