j.lewkowicz
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 déc. 2018

GILETS JAUNES : LES LIMITES

Maintenant que la révolte reprend son souffle, il est bon d'en faire un bilan même provisoire.

j.lewkowicz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Disons le tout de suite, ce mouvement a eu un très grand mérite. Pour la première fois, depuis longtemps, il a été possible d'ouvrir une brèche dans le monopole du discours libéral et austéritaire. Le dogme "il n'y a pas d'autre solution" a été contredit frontalement. Ce n'est pas rien.

Ceci dit, faut il se voiler la face devant toutes les limites qui apparaissent à l'oeil nu ?

A mes yeux, quitte à apparaître comme un horrible stalinien, elles découlent toutes du caractère spontané et non structuré de ce mouvement.

Il y a d'abord ce qui est apparu d'emblée : les dérives homophobes, anti-LGBT, anti-migrants, racistes et même antisémites. Bien entendu, le pouvoir s'en est servi pour faire semblant de croire qu'il caractérise l'ensemble du mouvement, ce qui n'est évidemment pas le cas. Mais il reste que ces dérives ont existé et existent encore. On ne peut que les condamner vigoureusement.

Mais, sur un plan plus politique, comment ignorer que pendant toute la période de visibilité du mouvement des GJ, le Rassemblement national n'a fait que gagner en influence, selon l'ensemble des sondages, pour atteindre les 24 % tandis qu'on observe un éclatement des forces de gauche et un reflux de la France insoumise de 19 % à la présidentielle à 11 % actuellement.

Qu'en est il des résultats atteints ? Sans entrer dans les détails, la seule mesure réellement positive est la suppression de l'augmentation de la CSG pour les retraités dont la pension est comprise entre 1200 et 2000 euros (mais le maintien pour les autres). Pour le reste il s'agit de faux semblants ou de mesures facultatives. Aucun retour sur le coeur de la politique fiscale et sociale ni en matière de CICE, ni d'ISF , ni de Flat-tax. C'est bien mince pour un mouvement qui avait au moins la sympathie de 80 % des français.

Quant au passage au plan politique, le referendum d'initiative citoyenne ne saurait être la panacée qui révolutionnerait le système social. La Suisse le pratique depuis longtemps et elle reste un paradis du capitalisme. Quant au pouvoir, quitte à y mettre certaines restrictions il a annoncé l'accepter ce qui n'est pas bon signe quant à son caractère progressiste. Rappelons que de nombreux pouvoirs autoritaires n'ont pas hésité à pratiquer le referendum. Il faudrait des mesures d'une toute autre ampleur pour restaurer et instaurer une démocratie réelle.

Un truc surnage, de plus, que l'on croyait réservé aux bobos gauchistes : pour mettre fin au régime représentatif, le tirage au sort des députés. Mais enfin, va-t-on tirer au sort l'avenir d'une nation ? Ne voit on pas qu'il serait facile à n'importe quel dictateur de manipuler une assemblée de tirés au sort sans expérience ni formation ? Et puis si tirage au sort il y a, plus d'élection, plus de campagne électorale, plus de discussion politique à l'occasion de celle-ci. Et l'on confie l'avenir à une assemblée de gens élus par personne donc responsables devant personne. Et on cherche à nous faire croire qu'il s'agit là du nec plus ultra de la démocratie !

Merci bien.

Bien entendu ces limites du mouvement des GJ n'indiquent rien sur l'avenir. Peut être ces scories disparaîtront elles d'elles mêmes. Pas sans que les militants traditionnels, si moqués aujourd'hui, n'interviennent sur le terrain.

Mais n'oublions pas que dans les mouvements spontanés non structurés, on trouve beaucoup d'idéologie dominante qui ne peut être que l'idéologie de la classe dominante.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement