Le jour d'après l'élection....

La colère ne s'est pas dissoute dans le vote présidentiel...

Ça y est, les lumières se sont éteintes au Louvre, les couronnes déposées à l'Arc de Triomphe.  Les choses serieuses vont commencer.  Dans son discours du Louvre à ses militants (et au delà) , Macron à évoqué ses priorités d'écologie, d'éducation, de santé, de sécurité, de travail, d'économie, d'efficacité.... mais il a oublié de parler d'une nouvelle répartition des richesses pourtant fondamentale . En effet, cette exigence (qui se caricaturait sous le nom 'd'Oligarchie') correspondait cependant à une attente très forte.  Cela  était contenu en filigrane dans le vote de la majorité des électeurs du premier tour  (Insoumis + FN + petits candidats + même une partie de Macronistes et socialistes) . Or il s'agit d'une revendication légitime lorsque le pêcheur gagne 60 centimes sur un poisson vendu 14 euro  ! Et lorsque l'agriculteur ne gagne que quelques centaines d'Euro tandis que les intermédiaires et la grande distribution se goinfrent de profits. Et lorsque le profit passe avant l'humain. Que sommes nous après tout, si ce n'est des humains  ?   Il faudra rapidement que le Président nous dise sa vérité sur ce point fondamental .... sans aller jusqu'à la fanfaronnade électoraliste de Hollande qui désignait la finance comme l'ennemi à abattre.  Macron est suspect de collusion avec le 'grand capital'  et il ne peut ignorer que la répartition de la richesse dans notre monde est la partie immergée d'un iceberg dont la seule partie visible s'est nommée 'colère'. Le vote n'a pas fait fondre cette préoccupation plus ressentie qu'exprimée.  Et le succès des réformes envisagées dépendra en grande partie de la réponse de Macron à ce ressenti.  De sa réponse à ce ressenti dépendra aussi l'adhésion  de la population aux efforts qui lui seront demandés, et en fin de compte de la réponse à la question de la répartition des richesses dépendra la paix sociale. Si notre nouveau Président oublie ce point plus qu'humain il risque de connaitre un automne glacial et un hiver mortel.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.