Petit conseil à Emmanuel Macron....

S’il ne veut pas perdre la face en s’empêtrant dans des réponses impossibles, il devrait prendre beaucoup de hauteur et laisser les mesures à son gouvernement.

Il n’y a de sortie que par le haut. Si Macron ne s’élève pas pour hisser la France dans un discours fédérateur et ambitieux qui soit de l’ordre de la définition d’une nouvelle donne socio-économique, il va droit dans le mur.  Que pourrait être une nouvelle donne ?  Le sujet qui mobilise et contient toutes les aspirations est celui de l’écologie au sens large. Il s’agit de notre vie, de notre mode de consommation et de nos comportements.  

Il est parfaitement possible de flécher toutes les décisions, tous les investissements, toutes les innovations vers un monde durable et propre. C’est une question de choix.  L’opportunité de faire un choix qui sera la prospérité de demain est parfaitement possible malgré la résistance au changement des industriels et de ceux qui oublient la pollution physique ou économique qu’ils ont mis en place.  Il faut au monde une nouvelle donne plus propre et équitable, alors notre Président serait bien inspiré d’en profiter et devenir le leader mondial des réformateurs du système. Le contraire serait suicidaire à court terme car il n’échappera pas au passif et au passé des dérèglements et des revendications.  Ce serait suicidaire également à long terme alors que le changement aura de toutes façon lieu avec ou sans la France.  Alors pourquoi ne pas en devenir le leader inspiré au lieu de perpétuer un capitalisme égoïste et conservateur qui prolongera le mouvement des revendications légitimes qui dépassent les slogans et s’est déjà exprimé par les « indignados », les « occupy », les « 99% », les « Nuits Debout », les « Bonnets Rouges », les Gilets Jaunes et tous ceux qui continueront à refuser un système qui accapare et pollue.  Il ne s’agit pas d’un problème conjoncturel, mais bel et bien d’un problème structurel et mondial.   Macron serait bien inspiré de marquer ses distances d’avec ses riches commanditaires qui ont déjà été bien récompensés, mais auxquels il devra dire que les investissements de demain ne seront plus les investissements d’hier… et que c’est la condition même de leur survie et de la nôtre.

Macron laissera t’il la Chine s’engouffrer à 300 à l’heure dans les outils et les technologies de demain permises et financées par le dirigisme implacable du nouveau leader chinois ?  Macron laissera t’il les USA nous imposer leurs technologies et applications universelles qu’ils développent à l’intérieur d’un protectionnisme nationaliste et money driven ?  L’Europe étant un nain affligé de 27 bouches qui parlent de travers, la France aurait un rôle historique à jouer.  Les français sont agités et révolutionnaires, tant mieux, c’est notre vertu : celle de savoir inventer des modèles qui inspirent le monde.  En l’occurrence il s’agit peut être même de le sauver, alors pourquoi Macron va-t-il s’enliser dans un taux de TVA, une durée de cotisation ou le prix du carburant.  Président, tu dois t’élever alors que tout le monde veut tirer la couverture vers le bas et te laisser nu. C’est le rôle du gouvernement de négocier les moyens. C’est le rôle du président de définir une direction, un but, une ambition qui puisse fédérer.

Je sens que je vais être déçu par la réponse aux gilets jaunes.  Le débat est fini, la restitution et les conclusions ne sont pas connues. Les décisions qui en découleront risquent d’être une grande source de frustrations et de combats malsains, si aucun horizon clair n’est ambitionné.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.