Je suis à Copenhague et sur Twitter pour porter officiellement la voix des villes

Depuis 2006, je suis officiellement mandaté par le réseau des Métropoles Européennes pour porter leur voix lors des négociations climatiques mondiales. Ma présence à Copenhague depuis ce matin m’offre la possibilité de vous faire partager en temps réel mes impressions et l’évolution des négociations sur Twitter et sur ma page Facebook.

Page Facebook de Jean-Marc Ayrault

tw.jpg

Nous sommes cent maires pour faire entendre la voix des grandes agglomérations à ce sommet où se joue l'avenir de la lutte contre le réchauffement climatique. Dans ce combat, les villes tiennent un rôle incontournable. Ma présence répond à la forte implication de Nantes dans la lutte contre le changement climatique. Nantes, qui joue un véritable rôle de coordination des réseaux de villes au niveau mondial. Nantes, qui préside le groupe de travail « changement climatique » d’Eurocités, association qui regroupe 135 métropoles européennes, et a été récemment désignée pour prendre la direction de la task force « changement climatique » au sein des Cités et Gouvernements Locaux Unis, qui représentent officiellement les collectivités locales dans les négociations de l’ONU sur le climat.
Les Eurocités, avec la Conférence des Villes Américaines, ont lancé fin novembre l’Appel de Stockholm enjoignant les Etats à s’entendre sur un texte particulièrement ambitieux. Je suis à Copenhague pour porter la voix de ces villes, responsables à 75% des émissions de gaz à effet de serre, mais qui représentent surtout 75% du potentiel de leur réduction. C’est dire à quel point leur rôle ne peut être ignoré.


Copenhague, c’est un sommet majeur pour l’avenir de notre planète. C'est un rendez-vous que nous ne pouvons pas manquer. La communauté internationale doit trouver un accord ambitieux pour lutter efficacement contre le changement climatique. C'est un véritable défi, quand on sait combien a été difficile la mise en oeuvre des engagements du protocole de Kyoto.
C’est à l’issue de ces 12 jours de négociations que l’on saura si l’année 2009 restera seulement dans les annales de notre histoire comme l’année de la grande crise financière mondiale, ou aussi comme l’année où les hommes ont su, ensemble, prendre le cap des changements nécessaires à la sauvegarde de notre environnement" et de commencer à inventer un nouveau modèle économique porteur de développement durable.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.