JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

248 Billets

3 Éditions

Billet de blog 3 mai 2011

« Vous allez devoir reconstituer un noyau cohérent, vigoureux, sans querelles..." le 8 Mai avec S.Royal, débat: F. MITTERRAND

Exceptionnellement, cette université populaire sur l’actualité des combats de François Mitterrand à deux jours de l’anniversaire du 10 mai 1981 prendra la forme d’une réunion publique au cours de laquelle nous partagerons la pensée, les actions, les combats et les enseignements politiques de François Mitterrand.

JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Exceptionnellement, cette université populaire sur l’actualité des combats de François Mitterrand à deux jours de l’anniversaire du 10 mai 1981 prendra la forme d’une réunion publique au cours de laquelle nous partagerons la pensée, les actions, les combats et les enseignements politiques de François Mitterrand.

Rassemblement avec Ségolène Royal, salle des Blancs Manteaux (48, rue vieille du Temple dans le IVème arrondissement de Paris) dimanche 8 mai à 16h.

Mots de Ségolène Royal, qui animera cette réunion participative:

"Dès maintenant je voudrais vous dire que nous ne devons pas laisser au Front National le monopole du drapeau national, comme nous l’avons encore constaté le 1er mai. Et comme la première leçon de François Mitterrand, c’est l’amour de la France, de son histoire, et des Français (« on ne peut rien faire avec la France si on ne l’aime pas »), je vous propose de retenir une idée symbolique proposée par des internautes de Désirs d’Avenir pour notre rassemblement au 8 mai : qu’il se fasse aux couleurs bleu-blanc-rouge à l’initiative de chacun.

Permettez moi de vous dire ici, en attendant dimanche prochain quelques mots, qui sonnent comme une actualité vibrante, ces paroles quFrançois Miterrand a prononcées lors du dernier conseil des ministres en mars 1993, auquel je participais comme ministre de l’environnement :

« Quand j’ai parlé des acquis sociaux on a dit que c’était une facilité démagogique. Mais non. Il y a des gens très biens à droite. Seulement ils seront emportés par les grandes forces. Comment voulez vous que les gouvernements de droite résistent longtemps aux grandes compagnies d’assurance, aux milieux dans lesquels ils vivent, à leurs financiers ? Cela est fatal, vous le verrez, sur la médecine, les retraites. Tout ce que vous avez redouté se passera, même si je parais aujourd’hui mécaniste. »

Lors de ce dernier Conseil des Ministres avant le second tour des législatives, il dit aussi:

« Vous allez devoir reconstituer un noyau cohérent, vigoureux, sans querelles, ne craignant pas les obstacles, acceptant les sacrifices, renonçant aux joies paisibles d’une vie tranquille. Il faut avoir la force de le refaire. Je vous accompagnerai jusqu’à mon dernier jour.

Il avait ajouté :

« Je n’en ai plus pour longtemps. J’aimerais bien voir l’Europe se lever. Et pour la gauche, faudra-t-il une génération ? Ce n’est pas sûr. [...] Vous avez une belle et grande cause à défendre, et dites-vous bien qu’elle est meilleure que nous tous. En face, c’est une loi de la société qui veut que ceux qui possèdent veulent posséder plus. Pour imposer des lois d’équité, il faut des révolutions. »


Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La redevance sabordée, l’information en danger
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal
Yaël Braun-Pivet, première femme au perchoir
La députée des Yvelines succède à Richard Ferrand au terme de deux tours de scrutin. Un poste qu’elle convoitait depuis de nombreux mois. 
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger