JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

3 Éditions

Billet de blog 4 févr. 2009

Qui finance Ségolène Royal?

JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Titre en Une du "Parisien" de ce jour!

Si nous vivions en République où les médias faisaient leur métier, avec de journalistes fiers de leur indépendance et de citoyens critiques et vigilants du respect de cette liberté constitutionnelle, le titre du « Parisien » d'ajourd'hui me semblerait tout à fait opportun au moment où cette responsable politique :

- est la première opposante au pouvoir en place,

- représente à l'intérieur comme à l'extérieur de l'Hexagone l'une des plus que probables futures candidat(e)s au poste de Président de la République dans trois ans,

- est demandée et reçue à l'étranger comme figure emblématique de l'Opposition ainsi que de la Gauche Française.

Dans une telle République qu'un journaliste se questionne et ENQUETE à propos du financement des activités politiques de Ségolène Royal, des affaires "suspects" de B Kouchner, des "dépenses" de Julien Dray... ne me poserait pas problème.

Même l'étrange coïncidence de sortie de ces "affaires" dans l'espace temps et son amalgame me laisseraient indifférente.

Et faisant confiance à la liberté et à la rigueur de la presse de mon pays, je trouverais l'entreprise de "salubrité publique" et me sentirais rassurée quant à l'état de santé moral de la société parmi laquelle je vis.

Dans une telle République, je saurais qu'il y aurait enquête impartiale et surtout publication des résultats.

Dans une telle République, je saurais que l'exigence citoyenne veillerait à ce qu'il n'y ait pas d'abus ni malveillance sur les poids de la balance.

Mais en l'année de grâce de 2009 de notre ère, en république sarkozyenne, je sais qu'il n'y a plus d'ENQUETE journalistique, ou si peu, mais colportage de ragots, utilisation de "sources/fuites" aux origines jamais éclaircies puis obscurité et silence.

Je sais que quelques journalistes qui s'y sont risqués le payent cher et souvent avec de procès "en sorcellerie" dignes de l'Inquisition, mais des résultats trouvés... jamais entendu parler ou alors il faut se reporter sur de journaux étrangers.

Je sais que nous vivons dans une République qui s'en sort pour "respirer" – croit-elle - par la pirouette de l'ironie et de la dérision permanentes, armes utilisés aujourd'hui sans retenue par les journalistes, commentateurs, éditorialistes... tout comme de la part des citoyens... tous devenus "humoristes" au rabais.

A mon avis, cet arme est à double tranchant et le plus effilé conduit tout droit au totalitarisme. Totalitarisme dont nous devenons, inconsciemment(?), des affidés.

Je mets donc au défi "Le Parisien" comme ses confrères à mener une enquête en profondeur sur le "qui finance Ségolène Royal" et de mettre en lumière tout ce qui peut aller à l'encontre des lois françaises sur le financement des associations ou des groupes politiques de ce financement.

Et une fois l'enquête finie, quelque soit le résultat, de bien vouloir faire autant de foin pour le publier qu'ils en font pour installer le soupçon et l'enfumage dans les têtes des citoyens pour faire plaisir à des groupes d'intérêts crées qui préfèrent salir et installer le doute par le "tous des salauds" quitte à tuer l'espoir et à démotiver ceux qui y croient et travaillent pour et dans la rigueur et l'éthique encore vivaces chez pas mal d'individus.

Alors, chiche! "Le Parisien" et messieurs/dames les "journalistes"!

Une bonne enquête à charge et à décharge, d'abord Madame Royal puis sur tous les autres... un par un!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
En Tunisie, la jeunesse déshéritée en attente des promesses de Kaïs Saïed
À Jebiniana, une localité du centre de la Tunisie historiquement à gauche, de nombreux jeunes attendent beaucoup du président depuis son coup de force du 25 juillet. Mais rien de bien tangible ne se concrétise.
par Lilia Blaise
Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG qui se consacre à documenter les crimes de la période soviétique. Et met ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy