Deux cents ans après, élus du peuple ou Peuple-d'Elus-Emanation-de-l'Absolu?

"Au singulier la Lumière est émanation de l'Absolu; au pluriel les Lumières sont surtout les lentes acquisitions de l'humanité au cours de son histoire."La Lumière et les Lumières - Jacques Roger -http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/caief_0571-5865_1968_num_20_1_906

"Au singulier la Lumière est émanation de l'Absolu; au pluriel les Lumières sont surtout les lentes acquisitions de l'humanité au cours de son histoire."

La Lumière et les Lumières - Jacques Roger -

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/caief_0571-5865_1968_num_20_1_906

Il semblerait que notre société d'élus soit encore assez loin de cette notion "fruit de l'expérience", de la connaissance et enseignements du passé mais aussi du présent "démocratique" dont la citoyenneté aujourd'hui s'est appropriée et essaie maladroitement de se faire entendre de ces élus du peuple à "illumination divine", c'est-à-dire, de l' aspiration vers un changement de paradigme politico-sociétal avec claires intentions de plus de démocratie participative, d'implication gestionnaire active dont ce "peuple d'élus" continue de faire abstraction ou de vouloir ignorer les multiples manifestations de la part des citoyens électeurs actifs, ou abstentionnistes par choix politique.

 

Peuple d'élus qui se comporte, à mes yeux, plus en tant qu'Emanation de l'Absolu qu'en porteur de projets collectifs d'intérêt général exposés dans les programmes politiques préalables à la consultation, discutés, débattus et donc compris puis mandatés pour réalisation une fois une majorité dégagée acquise à ces projets. Majorité qui ne devrait jamais empêcher le dialogue, la "re-discussion" aux minorités qui n'auraient pas accepté le bien fondé de projets engageant l'avenir du territoire dans lequel il vivent, des générations à venir, voire de la planète toute entière.

 

Et surtout dans la limpidité totale du qui est qui quant aux intervenants "non élus", partenaires désignés hors toute transparence que travaillent derrière ces projets économiques d'intérêt privé, bien éloignés de tout intérêt économique général, qui sortent de l'ombre en toute impunité et se permettent également des déclarations médiatiques tonitruantes à l'encontre des citoyens qui luttent ou défendent leur avenir immédiat ou du long terme.

 

Je suis frappée d'entendre encore, en 2014 et dans ce pays éclairé porteur des Lumières, des élus parler des prérogatives décisionnaires dont ils seraient  mandatés par le peuple, peuple qui démocratiquement leur aurait donné leur voix citoyenne pour faire et défaire à leur guise et en toute impunité ( faut-il ainsi comprendre leurs déclarations ?) le profil d'un territoire, du lien social, du bien vivre ensemble...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.