JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

248 Billets

3 Éditions

Billet de blog 7 avr. 2013

JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

"Escrache": action directe citoyenne, nouvelle formule en Espagne de manifestation ciblée sur un abus de pouvoir précis.

"Escrache" c'est ce terme que fut donné aux actes de dénonciation par des activistes des Droits Humains en Argentine en 1995.

JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Escrache" c'est ce terme que fut donné aux actes de dénonciation par des activistes des Droits Humains en Argentine en 1995.

Ce terme est repris en Espagne en 2013 et consiste en de manifestations pacifiques ponctuelles directement devant le domicile ou le lieu de travail de ceux ou celles, en général personnalités politiques, dirigeants d'entités bancaires ou tout autre représentation institutionnelle par qui des groupes de citoyens se sentent lésés directement dans leurs droits ou abusés par un pouvoir, quel que soit ce pouvoir.

Il s'agit donc d'une méthode de proteste basée sur l'action directe. L'objectif est de faire connaître à l'opinion publique leur réclamation en expliquant l'origine et les causes.

Bilbao, devant le siège du PP (Parti Populaire) avec des slogans "Se puede pero no quieren" (c'est possible mais ils ne le veulent pas)

Actuellement, les centaines de milliers de personnes qui se considèrent abusées par l'expulsion manu militari de leur foyer, en location parfois mais la plupart du temps "propriétaires" (qu'ils se croyaient) se sont regroupées autour d'une plateforme d'affectés par les clauses abusives des contrats hypothécaire (PAH).

Le Tribunal de Justice de l'UE même leur donne raison et a reconnu en mars 2013 le caractère abusif de ces clauses, exceptionnelles en Europe, que la loi espagnole protège contre toute logique juridique. Clauses qui ont conduit plusieurs milliers de familles à la rue après l'expropriation de leur bien tout en restant débitrices à leur banque de sommes importantes. Sans foyer donc et débitrices de milliers d'euros calculés à l'arbitraire de ces clauses litigieuses.

Cette plateforme, mais d'autres se créent pour d'autres raisons, organise autour et avec le groupe de citoyens concernés l'encerclement du domicile ou lieu de travail de celui ou celle qu'ils considèrent à l'origine du manquement du respect des droits individuels ou collectifs. 

Valencia, devant le domicile d'un député PP

Pour mémoire, un sur quatre espagnol a perdu son travail ces dernières années et dans certains départements l'on trouve des taux dépassant le 40%...

Madrid, devant le domicile d'une députée PP. Ici, la députée a réussi à arrêter pour le moment l'arrêt d'expulsion de son logement d'une famille menacée.

Voilà ce qui fleurit avec le printemps dans les quartier et rues espagnoles: marches blanches (Santé), marchés de jeunes qui refusent l'obligation d'expatriation pour arriver à survivre, marches de seniors ...

A quand l'"escrache" "Tous ensemble pour une Europe sociale"?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte