JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

248 Billets

3 Éditions

Billet de blog 12 sept. 2015

JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

De 1973 à 2015: mon 11 septembre à moi...

 

JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ma mémoire d'individu humain adulte sélectionne, traite, compulse, subit les assauts d'émotions diverses qui émergent, souvent malgré moi, et s'imposent et essaient de se mêler à mon présent, parfois en forme de dossier mal constitué et mal rangé bien au fond d'un tiroir jusqu'ici inconnu, et donc dossier presque illisible au point que mon esprit ayant du mal à décrypter les lignes, les signes, souvent agacé, le renvoie tel quel, sans plus, aux archives où le dossier avait été classé, jeté à mon insu?

D'autres fois,  comme si d'un événement en temps réel s'agissait alors que le temps aurait du lisser les perceptions en les transformant, je suis saisie des mêmes émotions primaires ressentis le jour "J". 

C'est ainsi qu'après quarante deux ans, formatée pas des joies (trois enfants merveilleux, quatre, plus un en devenir, petits-enfants magnifiques) et des tristesses, des dégoûts aussi, je me surprends toujours à ressentir le même degré de colère au souvenir, à la date chilienne fatale pour les libertés du continent américain et d"allende" hélas! (en espagnol: plus loin, au-delà): le 11 septembre 1973,

Née quelques années plus tard et ne les ayant pas vécus en direct, ma mémoire n'a enregistré qu'en différé, durant l'enfance et jeunesse, les dommages collatéraux du coup d'état en 1936 dans mon pays, les conséquences de la guerre civile que la sédition et les forces occultes  qui la soutenaient provoquèrent, les peurs qu'inspirèrent la terreur de  la dictature franquiste durant ses premières décennies, puis l'immobilisme, la soumission et la régression des mentalités qui malheureusement imprégnent encore une petite partie de la population espagnole avec des répercussions que nous constatons tous les jours, c'est peut-être ce qui justifie cette colère à l'état pur que je ressens à l'évocation de ce que fut ce 11 septembre 1973.

Dernier discours de Salvador Allende, à la radio quelques heures avant son assassinat (audio en espgnol):

https://www.youtube.com/watch?v=xZeEfXjTNu4

Lecture du discours, en français:

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article70972

" Allez de l’avant et sachez que dans un avenir plus proche que lointain s’ouvriront à nouveau les larges avenues par où s’avancera l’homme libre pour construire une société meilleure."

Hum! hum! nous sommes encore loin... mais je souhaite y croire.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert