JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

248 Billets

3 Éditions

Billet de blog 13 juil. 2011

Le Haka médiatique des primaires à gauche

   Ka mate ! ka mate !Ka ora ! ka ora !Tenei te ta ngata puhuru huruNana nei i tiki maiWhakawhiti te raA upane ka upaneA upane kaupane whiti te ra! HI !!C'est la mort ! C'est la mort !C'est la vie ! C'est la vie !Voici l'homme poiluQui est allé chercher le soleil et l'a fait briller de nouveauFaites faceFaites face, en rang !Soyez solides et rapidesDevant le soleil qui brilleHi ! hi

JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ka mate ! ka mate !
Ka ora ! ka ora !
Tenei te ta ngata puhuru huru
Nana nei i tiki mai
Whakawhiti te ra
A upane ka upane
A upane kaupane whiti te ra! HI !!

C'est la mort ! C'est la mort !
C'est la vie ! C'est la vie !
Voici l'homme poilu
Qui est allé chercher le soleil et l'a fait briller de nouveau
Faites face
Faites face, en rang !
Soyez solides et rapides
Devant le soleil qui brille
Hi ! hi


Et pendant ce temps, plus terre à terre, lorsque nous faisons du PAP (porte-à-porte pour les militants) et que nous incitons à venir voter les 9 et 16 octobre, je trouve curieux que personne ne nous parle ou fasse référence à ces joyeux personnages qui pratiquent le Haka (assez maladroitement et sans grande conviction, il faut le dire).

Pourtant ce n'est pas manque de pub: les radios, journaux et télés nous annoncent à chaque heure de la journée, avec une répétition méritante, l'arrivée d'une nouvelle vedette qui rentre dans la danse avant de nous relire la liste de pratiquants de chaque équipe. Il n'y a que deux équipes en lice. Mais les chefs ne doivent pas être maoris.

Il parait que pour pratiquer ce rite il faut un chef maori sinon la magie n'y est pas...

En revanche, je crois que je vais faire de la peine à ces danseurs émérites, moi-même je compatis avec tant d'effort incompris. Ces ignares de citoyens, ingrats qui ne comprennent rien à rien et encore moins au culte des élites, citent souvent les noms de deux autres chefs qui ne dansent pas le Haka et qui ne sont pas maoris.

Jusqu'à ce soir, date limite de présentation de candidatures, par éthique lors de ces PAP nous nous sommes interdits de citer de noms de candidats; nous nous sommes limités à faire connaître les démarches et conditions pour pouvoir voter. D'après cette expérience, oui, je crois qu'il y aura de surprises...

Le Joly pied de nez des EELV aux sondagistes et autres officines soumises dont mon journal préféré semble suivre également les consignes, à mon grand... soulagement! - je n'aimerais pas que la candidate que je soutiens profite de malveillants privilèges - donc le Joly pied de nez, nous allons le recréer à grande échelle et ce sera une bonne leçon de démocratie

Ainsi soit-il!

Origine du Haka:

Te Rauparaha , qui a donné son haka aux All Blacks, fut un grand guerrier maori, chef de la tribu Ngati-Toa (né vers 1768, décédé en 1849). L'histoire raconte que, pour échapper à des ennemis, Te Rauparaha s'est caché dans une fosse sur les conseils d'un chef de tribu alliée. Les paroles du haka évoquent l'angoisse de Te Rauparaha (C'est la mort ! C'est la mort !) puis son soulagement une fois les ennemis partis (C'est la vie ! C'est la vie !). Quant à "l'homme poilu qui est allé chercher le soleil", la légende veut que ce soit Te Wharerangi, le chef de tribu, particulièrement velu, qui a aidé Te Rauparaha à quitter l'ombre de la fosse pour le soleil du jour. Pour le remercier, Te Rauparaha aurait dansé et chanté.

http://www.frogs-in-nz.com/Comprendre-la-NZ/Le-monde-maori/Le-Haka-danse-guerriere-maorie

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale