JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

3 Éditions

Billet de blog 13 sept. 2010

Quelles garanties?: "...le pouvoir financier sera aux ordres du pouvoir politique et pas l'inverse..."

Pour écouter en entier l'intervention de S Royal sur I-télé :http://www.dailymotion.com/video/xesl1i_dsp-segolene-royal_news?start=4#from=embed 

JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Pour écouter en entier l'intervention de S Royal sur I-télé :

http://www.dailymotion.com/video/xesl1i_dsp-segolene-royal_news?start=4#from=embed

Déjà en 2006, bien avant que les "experts" ne comprennent "la crise" (ou ne veuillent admettre son inéluctabilité), cette responsable politique l'annonçait au milieu du plus grand silence ou, ce qui est encore plus grave, du ricanement de ces "experts":

"Nous, socialistes, nous sommes des libéraux au sens du libéralisme politique originel car nous sommes ardemment attachés aux libertés individuelles et démocratiques, à la liberté de pensée, d’expression, d’aller et de venir, d’entreprendre (…) mais si vous entendez par libéralisme cette conception de l’économie, je dirais même ce dogme ou cette idéologie, qui confie aux marchés, et aux marchés seulement, la régulation des sociétés, alors, oui, je pense que le libéralisme est l’ennemi de la justice sociale (…) Jaurès le disait déjà : »Le capitalisme, c’est le désordre » Le capitalisme s’est profondément transformé mais le constat vaut toujours car le désordre fait partie, si j’ose dire, de son code génétique."
Ségolène Royal - Maintenant, pages 181-182 à propos du Libéralisme - 2006

"Je ne sais pas à quel rythme nous y parviendrons, je ne sais pas si l'histoire connaîtra une de ses brusques accélérations dont elle a le secret ou si l'humanité, souvent peu capable de réformer à froid, différera longtemps encore les décisions nécessaire. Mais j'ai une certitude que nous sommes nombreux à partager: il n'est pas d'autre direction à suivre que peser de toutes forces pour l'avènement d'un ordre international juste et des outils qui lui sont nécessaires"

Ségolène Royal - Maintenant, pages 207-208 à propos de la Mondialisation - 2006

"...peser de toutes forces..." ce n'est pas seulement aux responsables politiques de le faire. Ils/elle ne reçoivent qu'un mandat du peuple. C'est tous ensemble, citoyens politiques et de la société civile que nous devons prendre à bras le corps cette tâche.C'est cette idée que nous essayons de maintenir en éveil à Désirs d'Avenir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Migrations
Dans le sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ».
par Nejma Brahim
Journal — Europe
Boris Johnson et le « partygate » : un scandale qui en cache de plus graves
Le chef du gouvernement britannique se démène pour éviter un vote de défiance contre lui. Au-delà de fêtes clandestines organisées en plein confinement, d’autres affaires ont terni sa réputation depuis deux ans, et montrent l’emprise du secteur privé sur sa politique.
par Ludovic Lamant
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit

La sélection du Club

Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille