JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

247 Billets

3 Éditions

Billet de blog 20 mars 2011

J'aimais et j'aime l'entreprise Plenel

J'aimais et j'aime l'entreprise Plenel. Je n'aime pas que l'on vienne bousiller ce que j'aime, je n'accepte que ce que la vie, à force, m'a appris comme adaptation à l'inévitable, mais uniquement à l'inévitable. Rationnellement je ne peux que m'incliner devant les éléments et essayer de porter aide à ceux qui les subissent. C'est dans ce sens que je lutte pour essayer de ne pas avoir la mémoire courte et résister aux tentations d'émotions événementielles médiatiques.Le drame des japonais côté émotion et apport personnel dans la mesure de mes possibilités je tache de le mettre ou de le classer au même rang que le drame Haitien ou celui de la sécheresse dans le Sahel, par exemple, drames dont les conséquences sont encore terriblement présentes pour les populations qui les vivent mais dont l'intérêt des nantis que nous sommes semble être en passe d'oubli, comme l'on efface ou l'on laisse au fond de nos têtes les images d'un bon film qui a retenu un moment notre attention.

JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J'aimais et j'aime l'entreprise Plenel.

Je n'aime pas que l'on vienne bousiller ce que j'aime, je n'accepte que ce que la vie, à force, m'a appris comme adaptation à l'inévitable, mais uniquement à l'inévitable.

Rationnellement je ne peux que m'incliner devant les éléments et essayer de porter aide à ceux qui les subissent. C'est dans ce sens que je lutte pour essayer de ne pas avoir la mémoire courte et résister aux tentations d'émotions événementielles médiatiques.

Le drame des japonais côté émotion et apport personnel dans la mesure de mes possibilités je tache de le mettre ou de le classer au même rang que le drame Haitien ou celui de la sécheresse dans le Sahel, par exemple, drames dont les conséquences sont encore terriblement présentes pour les populations qui les vivent mais dont l'intérêt des nantis que nous sommes semble être en passe d'oubli, comme l'on efface ou l'on laisse au fond de nos têtes les images d'un bon film qui a retenu un moment notre attention.

En revanche, non seulement je laisse pousser en moi le sentiment de révolte mais je l'entretiens, tout en essayant aussi de savoir et identifier ma part de responsabilité, qui n'est pas moindre, devant les conséquences de nos choix de vie, de nos conforts qui permettent ce que la planète vit; choix dont les générations qui nous ont précédées dans l'immédiat pourront utiliser le fameux "je ne savais pas", mais nous que dirons-nous, si le temps nous en donne l'occasion, à nos enfants?

Et c'est dans ce registre que je mets dans le même sac de mes révoltes mais avec une dose bien supérieure de refus et de rejet parce qu'évitable, ce que vivent en ce moment les populations Libyennes comme ce que vivent les populations palestiniennes ou les enfants israeliens qui grandissent dans la crainte donc dans la haine, la crise alimentaire qui s'annonce pour les populations déjà affamées dans de régions de la planète qui pourraient s'autosatisfaire sans les interventions du commerce moderne, comme la contamination radioactive qui est relevée sur de produits alimentaires de consommation courante. Les expulsions de citoyens du monde qui viennent chercher ce que l'on leur vole dans leur pays, comme les expulsions de logements de familles, de femmes ou hommes seuls avec des enfants dans ce beau pays qui est la France.

Et c'est parce que je n'apprécie pas que l'on bousille ce que j'aime, parce que ce n'est pas inévitable la destruction du lien social de cet espace, que je soutiens la révolte de ceux qui comme moi avons été obligé(e)s de quitter ces lieux dans lesquels nous avons essayé de construire, avec toutes nos imperfections et les diverses facettes de nos personnalités, de moments de détente pour soulager d'autres pressions que la vraie vie nous offre sans compter.

Et ce qui s'ajoute à ma révolte c'est le sentiment de croiser sans doute, lors de manifestations citoyennes, lors des travaux dans des associations bénévoles, lors des pétitions adressées à des politiques, plusieurs de ceux qui se permettent de pratiquer ici allégrement tout ce que nous dénonçons ensemble ailleurs.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — International
Mais jusqu’où ira la Cour suprême des États-Unis ?
Après l’abrogation du droit constitutionnel à l’avortement aux États-Unis, une question traverse le pays : d’autres droits, comme le mariage homosexuel et même les relations sexuelles entre personnes de même sexe, sont-ils désormais menacés ? Éléments de réponse.
par Patricia Neves
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse
Journal — International
En Ukraine, des anarchistes montent au front pour combattre l’invasion russe
Depuis le début de l’invasion du pays par la Russie, 100 à 150 militants anarchistes et antifascistes ont rejoint les rangs des forces ukrainiennes. Certains ont même constitué un bataillon « anti-autoritaire » au sein de la défense territoriale, « pour protéger les populations et combattre l’impérialisme russe ».
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti