JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

3 Éditions

Billet de blog 21 déc. 2009

V comme Villancico...

...contraction ou abréviation lexicale de "coplas de villanos" (chansons des vilains) pour les différencier des compositions des nobles ou des « hidalgos » dans la Castille d'un autre temps. C'est cette dénomination qui est restée pour qualifier les chants de Noël dans les pays hispanophones. Les origines des chants spécifiques au calendrier chrétien de la période de « Noël » remonteraient à St Hilaire de Poitier(?) IV s.: "Jesus refulsit omnium".En Espagne, tout comme sur le reste de l'Europe, ce genre se développe au Moyen Âge suivant la tradition du Chant Grégorien et ce jusqu'à la Renaissance où ce type de chant devient plus joyeux et surtout festif.A l'intérieur de la péninsule ibérique le mélange de cultures, l'imprégnation hispano-arabe jouant son rôle, ce type de chant ou de poésie populaire musicale, qui ressemble en partie au « zéjel » (ex.: Zéjeles del cancionero de Aben Guzmán), introduit par le burlesque un contrepoids à l'insistance du religieux, comme une expression de désir social de laïcisation de cette période de fête.L'on peut distinguer, donc, deux contenus bien différents dans les paroles de ces cantiques qui sont tous les deux très en vogue encore dans la tradition de la « Navidad » des pays de langue espagnole:- L'exaltation mystique chantée dans les églises mais aussi dans les réunion familiales pendant ces festivités. Ce sont des compositions spécifiques propres au pays, ou comme "Stille nacht, heilige nacht" reprises d'ailleurs et devenues classiques, comme de par tout dans le monde, ou- L'exaltation profane de l'esprit festif à l'occasion d'un calendrier qui réunit les familles. Les contenus sont humoristiques avec similis moqueurs du vécu quotidien et toujours de références « au portal de Belén » - la Crèche ou Marie, Joseph et Jésus se trouvent en compagnie du boeuf et de l'âne légendaires...- ou chacun y va de sa propre inspiration en s'appuyant souvent sur les compositions rythmiques traditionnelles.

JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

...contraction ou abréviation lexicale de "coplas de villanos" (chansons des vilains) pour les différencier des compositions des nobles ou des « hidalgos » dans la Castille d'un autre temps. C'est cette dénomination qui est restée pour qualifier les chants de Noël dans les pays hispanophones.

Les origines des chants spécifiques au calendrier chrétien de la période de « Noël » remonteraient à St Hilaire de Poitier(?) IV s.: "Jesus refulsit omnium".

En Espagne, tout comme sur le reste de l'Europe, ce genre se développe au Moyen Âge suivant la tradition du Chant Grégorien et ce jusqu'à la Renaissance où ce type de chant devient plus joyeux et surtout festif.

A l'intérieur de la péninsule ibérique le mélange de cultures, l'imprégnation hispano-arabe jouant son rôle, ce type de chant ou de poésie populaire musicale, qui ressemble en partie au « zéjel » (ex.: Zéjeles del cancionero de Aben Guzmán), introduit par le burlesque un contrepoids à l'insistance du religieux, comme une expression de désir social de laïcisation de cette période de fête.

L'on peut distinguer, donc, deux contenus bien différents dans les paroles de ces cantiques qui sont tous les deux très en vogue encore dans la tradition de la « Navidad » des pays de langue espagnole:

- L'exaltation mystique chantée dans les églises mais aussi dans les réunion familiales pendant ces festivités. Ce sont des compositions spécifiques propres au pays, ou comme "Stille nacht, heilige nacht" reprises d'ailleurs et devenues classiques, comme de par tout dans le monde,

ou

- L'exaltation profane de l'esprit festif à l'occasion d'un calendrier qui réunit les familles. Les contenus sont humoristiques avec similis moqueurs du vécu quotidien et toujours de références « au portal de Belén » - la Crèche ou Marie, Joseph et Jésus se trouvent en compagnie du boeuf et de l'âne légendaires...- ou chacun y va de sa propre inspiration en s'appuyant souvent sur les compositions rythmiques traditionnelles.

Toute cette « algarabia » - mot d'origine arabe - pour dire qu'à cette période de l'année je ressens remonter mon identité profonde acquise sous d'autres cieux, elle me domine et je m'y soumets avec joie... c'est mon « moi et mes circonstances ». Je passe et repasse mes "villancicos" !

Mais... pas seulement, je n'ai pas tout dit.

L'objet de ce billet n'est en rien l'historique du mot mais sa portée: ces « villancicos » sont souvent repris par des groupes d'enfants et adultes qui sonnent aux portes voisines en signe de bonne volonté, les chantent et demandent « el aguinaldo » petite monnaie ou sucrerie (turrón), en échange.

C'est dans cet état d'esprit et par ce moyen, donc, que je vais dédier quelques unes de ces chansons de Noël aux gens qui m'ont marqué cette année.

Je ne demande pas «el aguinaldo », seulement de la joie et de la tolérance de la part de ceux qui voudront bien passer un moment à les écouter.

Je commence par Médiapart, notre lien, sans oublier Melchior qui est parti avec toute sa basse cour dont la joie de vivre, son esprit cultivé, son immense connaissance et son intransigeance envers la sottise manquent, en tout cas, à moi, me manquent:

© Luz Divia Luna

A Marietta Karamanli, députée française qui a dit, là où il fallait le dire, avec juste les mots « justes », ce que je ressens à propos de ce monologue dérisoire sur l'identité nationale:

Pour Ségolène Royal, femme politique française qui en a aussi... suffisamment de dignité et détermination pour surmonter les vagues contraires, pleines de détritus polluants, et continue de mener l'embarcation de la solidarité Nord/Sud, du respect entre individus humains au bon port de la Fraternité, de l'Egalité et de la Liberté: l'identité universelle.

Pour Aminetu Haidar, défenseuse des droits de l'Homm et activiste saharienne, en grève de la faim depuis le 15 novembre pour pouvoir rentrer chez elle. Le gouvernement marocain s'y oppose... encore le pot de terre...

© 

A tous les individus humains femmes, victimes d'autres individus humains en retard d'évolution:

A tous les hommes qui soutiennent sincèrement la parité à tous les niveaux de notre société et reconnaissent en la femme des individus humains égaux :

A tous les citoyens du monde, palestiniens, israéliens, afghans, sahraouis...:

© oneloveatatime

A tous les citoyens dont l'identité nationale sur leur document est française, issus de parents et grands-parents d'origine espagnole donc universelle, tant ce magnifique territoire fut plate-forme féconde de mixage des peuples venant de Nord ou du Sud...:

© SanDyta7

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — France
Élie Domota : « L’État a la volonté manifeste de laisser la Guadeloupe dans un marasme »
Le porte-parole du LKP (« Collectif contre l’exploitation ») est en première ligne de la mobilisation sociale qui agite l’île depuis deux semaines. Contrairement à ce qu’affirme l’exécutif, il estime que l’État est bien concerné par toutes les demandes du collectif.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère de la population
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de l’île antillaise, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue la Guadeloupe, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio

La sélection du Club

Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss