Oh, les Grecs, quelle déception! Vous ne l'avez pas faite à notre place, la révolution...

Pour mieux effacer des mémoires ce qui pourrait encore rester de sentiment triomphal collectif et démocratique dans les résultats des élections grecques de janvier 2015, et pour bien faire savoir qui est qui, nom de dieu! en ce bas monde, les crieurs publics en service parlent de vote de la résignation... pour qualifier le résultat des élections législatives de septembre 2015. Comprenez le sarcasme: après l'Indignation... retournez à votre état primaire.

Pour mieux effacer des mémoires ce qui pourrait encore rester de sentiment triomphal collectif et démocratique dans les résultats des élections grecques de janvier 2015, et pour bien faire savoir qui est qui, nom de dieu! en ce bas monde, les crieurs publics en service parlent de vote de la résignation... pour qualifier le résultat des élections législatives de septembre 2015. Comprenez le sarcasme: après l'Indignation... retournez à votre état primaire.

 

Personnellement, sans être statisticienne, la lecture des chiffres des deux résultats des élections législatives grecques de janvier et septembre 2015 me fait penser à bien de qualifications autres que résignation et vois beaucoup de détermination, d'insoumission, d'estime de soi en tant que citoyen inébranlable qui lève les yeux et recherche les introuvables yeux  des dieux de pacotille et ose leurs renvoyer à leur noms que nous n'entendrons jamais prononcer de la part de ces sicaires qui, sans états d'âme, tuent la Démocratie et le désir profond de vivre ensemble d'une bonne partie de l'Humanité. 

Je pourrais même y trouver une bonne couche de stoïcisme dans ce que de force de résistance spirituelle l'on peut trouver dans ce courant de pensée:

"La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre comment danser sous la pluie." Sénèque.

Ou alors, de la souplesse et adaptation pour mieux contourner l'obstacle et poursuivre l'objectif, ce combat dématérialisé et désincarné qu'est devenu cet absurde des luttes ambulantes contre des guichets automatiques.  

A peu près, les chiffres que l'on peut trouver en faveur du mouvement populaire SYRIZA à l'issue de ces deux consultations sont de 35,53% en septembre contre 36,34% en janvier, ou 1.925.904 voix en septembre contre les 2.246.064 de janvier.

L'absentéisme qui monte de 37% en janvier à 44% en septembre, que l'on cite comme élément testimonial de ce qu'est devenue la motivation, voire la déception, de l'électeur grec pour le changement de système ne me semble pas tellement significatif, surtout après ce qu'il a pu voir et vivre ces derniers mois. Bien de groupes politiques européens ou français voudraient pour eux un soutien, une participation et détermination pareilles!.

Entendre ou lire les comptes-rendus des résultats de ces élections, d'où qu'ils viennent ces analyses et commentaires, me fait penser à ce monde à l'envers décliné par Eduardo Galéano comme un droit au délire, délire dans le sens contraire de ce qu'il essaie de nous dire l'humaniste, bien entendu, mais qui fonctionne malheureusement mieux.  

https://youtu.be/Q0OqVF-rpn0

 

Je dédie à toutes celles et ceux, de mon bord, bien situé à Gauche, ces dernières mots du délire de Galeano:  

 

"Nous serons imparfaits, puisque la perfection restera le privilège ennuyeux des dieux..."

Et à toutes celles et ceux qui claironnent le mensonge et font de la désinformation une arme politique de combat,  cette jolie ballade en leur souhaitant de commencer à comprendre combien difficile va leur être à l'avenir de vendre des pirates honnêtes: 

 

Paco Ibañez [En el Olympia 2] 04 Érase una vez.wmv © jesus garate

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.