JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

3 Éditions

Billet de blog 23 août 2010

"Tout accrédite la suspicion d'un trafic d'influence au profit des milliardaires financiersde l'UMP..." S Royal

Pendant que les "sondagistes" s'évertuent à nous indiquer la direction à donner à notre regard horizon 2012, suivant les souhaits des donneurs d'ordres pour ainsi mieux nous diviser et régner, Royal , elle, continue, au nom des valeurs et principes socialistes qui sont les siens depuis toujours, sa route, avec d'autres mais pas si nombreux que ça en ces temps de terreur, d'opposante radicale faisant front aux dérives néo-libérales - dérives parfois bien au-delà du néo-libéralisme - d'un gouvernement qui oublie souvent les lois de la République et de notre Constitution. 

JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pendant que les "sondagistes" s'évertuent à nous indiquer la direction à donner à notre regard horizon 2012, suivant les souhaits des donneurs d'ordres pour ainsi mieux nous diviser et régner, Royal , elle, continue, au nom des valeurs et principes socialistes qui sont les siens depuis toujours, sa route, avec d'autres mais pas si nombreux que ça en ces temps de terreur, d'opposante radicale faisant front aux dérives néo-libérales - dérives parfois bien au-delà du néo-libéralisme - d'un gouvernement qui oublie souvent les lois de la République et de notre Constitution.

AFP - Ségolène Royal se demande "de qui se moque" Brice Hortefeux quand il s'en prend à "la gauche milliardaire"...

"Je rappelle qu'il y a actuellement un clan au pouvoir qui utilise l'Etat à des fins personnelles et au profit d'un groupe de milliardaires bénéficiant du bouclier fiscal et des distributions de légions d'honneur", affirme-t-elle.

"Tout accrédite la suspicion d'un trafic d'influence au profit des milliardaires financiers de l'UMP régulièrement réunis par Nicolas Sarkozy, Eric Woerth et Brice Hortefeux", selon l'ex-candidate à la présidentielle.

"Sur ces malversations, il n'y a toujours pas d'enquête ni de juge d'instruction, ce qui serait inimaginable dans n'importe quelle autre démocratie", argue-t-elle...


Elle s'en prend également dans cette interview à la politique de Nicolas Sarkozy qui "produit de la violence"...


Interrogée sur les solutions du PS, elle répond avoir "fait des propositions très claires lors de la campagne présidentielle (en 2007) sur la sécurité durable et l'ordre juste": "nécessité de prévention", "encadrement scolaire des jeunes", "importance de donner des moyens à la police et la justice pour agir contre le grand banditisme".
"Je souhaite que le PS reprenne mes idées, les approfondisse et que ce ne soit pas la ligne laxiste qui l'emporte", souligne-t-elle...

Selon elle, «la politique de Nicolas Sarkozy n'est en rien sécuritaire. Au contraire, elle produit de la violence». La présidente de la région Poitou-Charentes, qui ouvrira vendredi l'université d'été des socialistes à la Rochelle, reparle notamment de l'encadrement militaire des jeunes délinquants, qui avait fait polémique dans son propre camp.

Lire l'intégralité de l'interview dans les éditions de lundi du «Parisien» et d'«Aujourd'hui en France».

Vendredi 20/08/2010: Ségolène Royal s’est exprimée sur Europe1. L’avantage de Royal est qu’elle parle simple, vise juste, et avec des cas concrets. Elle n’est sans doute pas la seule, mais cela fait du bien.

En matières économique et sociale, Royal a asséné trois conseils : soutenir le pouvoir d’achat, soutenir les PME et accélérer la « mutation écologique » de l’économie.

Un slogan au passage : « un pays qui doit être fort économiquement doit être soudé socialement»...

Reuters - Ségolène Royal fustige "l'agitation frénétique et dangereuse" de Sarkozy

AFP - Royal dénonce "l'agitation frénétique" et "la pagaille" de Sarkozy

Après avoir vidé les caisses, Nicolas Sarkozy annonce, depuis Brégançon,
une hausse des charges sur l'épargne et même sur les énergies
renouvelables notamment.
Mais la plus grosse niche fiscale c'est le bouclier fiscal dont profite
le cercle des donateurs de l'UMP que réunit régulièrement le duo
Woerth-Sarkozy.

Après avoir a dénoncé "la pagaille économique et sociale" et les hausses de tarifs et d'impôts qui vont rendre la rentrée très difficile pour beaucoup, Ségolène Royal a expliqué le danger que constitue pour la France "l'agitation frénétique" de Nicolas Sarkozy...

Ségolène Royal semble repartie en croisade contre le système Sarkozy, «corrompu », «injuste » et «incompétent ».


Les Echos - Sécurité : Royal refuse le "piège" tendu par Sarkozy à la gauche
...Il y aurait "ceux qui seraient d'accord avec lui et donc la sécurité et ceux qui ne seraient pas d'accord avec lui et qui seraient pour les délinquants: je ne vais pas tomber dans ce piège de la polémique", a souligné la présidente socialiste de la région Poitou-Charentes.
En matière de sécurité, "on n'a pas besoin de signal: on a besoin d'une politique efficace et durable, d'un ordre juste d'une sécurité juste", a-t-elle fait valoir, reprenant l'une de ses antiennes de campagne présidentielle.
"La gauche doit avoir des solutions extrêmement claires et fermes comme celles que j'avais faites (en 2007) et auxquelles je ne renonce pas", a dit Ségolène Royal, dont les propositions avaient profondément divisé le Parti socialiste il y a trois ans.
Pour la dirigeante socialiste, les déclarations de Nicolas Sarkozy sur l'immigration sont "dangereuses parce qu'elles exacerbent les tensions d'une part et un jour ou l'autre elles vont se retourner contre les entreprises françaises"...

Le Figaro - Royal : «agitation frénétique» de Sarkozy

Ségolène Royal a dénoncé «l’agitation frénétique» de Nicolas Sarkozy, «qui vise à masquer un échec» en matière de sécurité. Le chef de l'Etat cherche selon elle à «diviser la France en deux camps» en multipliant les «déclarations dangereuses qui exacerbent les tensions», explique la socialiste.
«En charge de la sécurité depuis 2002, il a fait voter douze lois», assure-t-elle, ajoutant que les agressions sur les personnes ont augmenté de 16%. «On a besoin d’une politique juste durable et efficace», explique la présidente de la région Poitou-Charentes.
Elle redoute notamment que «les déclarations si peu présidentielles de Nicolas Sarkozy» ne se retournent «contre les entreprises françaises qui travaillent avec des pays qui ont en marre de voir leurs ressortissants stigmatisés».

Europe 1 - Ségolène Royal veut "des réformes justes"
Ségolène Royal a reconnu que le redressement des finances publiques "est une urgence". Elle a appelé à la mise en place "d''actions économiques justes" et "de réformes justes". Ségolène Royal a également dénoncé la hausse des tarifs EDF.

Pétition : Nos Retraites (compteur 51378)

Pour un référendum d'initiative populaire sur la réforme des retraites!

« Parce que les Français ne sont pas hostiles à une réforme mais qu’ils veulent la comprendre et y être associés,
Parce que la réforme présentée par le Gouvernement est injuste et inefficace en mettant fin à la retraite à 60 ans, en ne prenant pas en compte la pénibilité du travail et en faisant porter presque tous les efforts sur les salariés
Parce que le Président de la République avait promis qu'il ne toucherait pas à la retraite à 60 ans, faute d'en avoir reçu le mandat du peuple français
La gauche et les forces sociales doivent organiser un référendum d’initiative populaire, pour mettre en échec ce projet et avancer vers une réforme juste et efficace. Un cinquième des parlementaires et 10% des électeurs suffisent.
Il faut refuser la résignation et le fatalisme. Une autre réforme des retraites est possible, nous pouvons l'imposer au gouvernement»
Ségolène Royal

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En remplissant ce formulaire ci-dessous, je demande solennellement que soit organisé un referendum sur la reforme des retraites, et apporte ma signature pour l'organisation d'un référendum d'initiative populaire prévu par l'article 11 de notre constitution.

  • http://petition.desirsdavenir.org/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d’un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — France
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005