JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

3 Éditions

Billet de blog 25 nov. 2009

Noir c'est noir... est-ce qu'il n'y a pas d'espoir?

Noir c'est noir... c'est le cri de détresse, ou d'horreur, ou de désespoir, que je me permets de transcrire en entier, tel que je l'ai relevé sur:http://www.desirsdavenir.org/les-debats-participatifs/forum-participatif/noir-cest-noir J'espére que son auteur ne m'en tiendra pas rigueur. Je suis touchée par cette horreur, récurrente, et consciente de ne pas savoir le dénoncer de manière aussi explicite. Je me joins à elle pour crier: Noir c'est noir... Il n'y a pas d'espoir?

JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Noir c'est noir... c'est le cri de détresse, ou d'horreur, ou de désespoir, que je me permets de transcrire en entier, tel que je l'ai relevé sur:

http://www.desirsdavenir.org/les-debats-participatifs/forum-participatif/noir-cest-noir

J'espére que son auteur ne m'en tiendra pas rigueur. Je suis touchée par cette horreur, récurrente, et consciente de ne pas savoir le dénoncer de manière aussi explicite.

Je me joins à elle pour crier: Noir c'est noir... Il n'y a pas d'espoir?

"Il y a des jours où l'on n'est plus personne...

Aujourd'hui mon esprit part auprès d'une femme inconnue de 29 ans, brûlée vive à 70% par son mari qui l'a aspergée d'essence, à Meaux, où elle vivait avec sa petite fille...


Séparée de son mari, qui pendant 10 ans l'avait battue...

Et je revois cette voisine la décrivant allongée par terre dans le hall de son HLM tandis que son mari lui donnait des coups...

Elle avait fait plus d'une dizaine de signalements...

Mais si on sait isoler une ville pour un voyage présidentiel, la police et les services sociaux ne savent pas mettre à l'abri une mère battue...

Mais si un CRS sait injurier un français d'origine maghrébine, la police ne sait pas impressionner un mari violent...

Les caméras de vidéo-"protection" offriront-elles les flammes en spectacle?

Pas beaucoup d'hommes politiques pour en parler...

Quelle fut sa vit "avant"?

Quelle fut son enfance?

Quelle fut son adolescence?

A-t-elle été un jour heureuse?


Quel sens donner à la vie de cette femme qui lutte à présent contre la mort?


Est-ce que notre rôle, le seul qui nous reste à jouer à présent, ce ne serait pas de donner un sens à sa vie? à sa souffrance, à son martyre?

Comment?

Un sens déjà consacré par sa petite fille... Petite fille née de quel amour?

Il y a des jours où l'on n'est plus personne..."


Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — France
Élie Domota : « L’État a la volonté manifeste de laisser la Guadeloupe dans un marasme »
Le porte-parole du LKP (« Collectif contre l’exploitation ») est en première ligne de la mobilisation sociale qui agite l’île depuis deux semaines. Contrairement à ce qu’affirme l’exécutif, il estime que l’État est bien concerné par toutes les demandes du collectif.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère de la population
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de l’île antillaise, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue la Guadeloupe, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl