JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

3 Éditions

Billet de blog 27 nov. 2008

"Je vous le dis sans amertume, non sans tritesse..." Léon Blum - 1946

Si ça peut te redonner courage, Nadine, Jacques, Marcelline, Anne et tous et toutes les autres....Rien ne nous arrêtera... nous reprenons à notre compte la phrase de François Miterrand:" Où voulez-vous trouver des nouveaux socialistes sinon chez ceux qui ne le sont pas encore?" François Mitterrand, Epinay 1971et à la question de Martine Aubry:"Un parti de masse, mais qu'est-ce qu'on va en faire de ces masses...?"nous répondons par la voix de Ségolène Royal:"Leur faire confiance, leur impliquer dans leur citoyenneté, leur écouter et leur donner la possibilité de se former au dialogue et aux affaires de la cité. Ils le vivent déjà sur le terrain, qu'ils rentrent dans les cercles de la discussion et du débat..."Deux conceptions bien différentes d'apporter le socialisme... pour nous le choix est clair!

JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si ça peut te redonner courage, Nadine, Jacques, Marcelline, Anne et tous et toutes les autres...

.

Rien ne nous arrêtera... nous reprenons à notre compte la phrase de François Miterrand:

" Où voulez-vous trouver des nouveaux socialistes sinon chez ceux qui ne le sont pas encore?" François Mitterrand, Epinay 1971

et à la question de Martine Aubry:

"Un parti de masse, mais qu'est-ce qu'on va en faire de ces masses...?"

nous répondons par la voix de Ségolène Royal:

"Leur faire confiance, leur impliquer dans leur citoyenneté, leur écouter et leur donner la possibilité de se former au dialogue et aux affaires de la cité. Ils le vivent déjà sur le terrain, qu'ils rentrent dans les cercles de la discussion et du débat..."
Deux conceptions bien différentes d'apporter le socialisme... pour nous le choix est clair!

texte de Léon Blum - 1946

"Vous invoquez la nécessité du renouveau.

Mais plus que de tout le reste, vous avez peur de la nouveauté, vous avez la nostalgie de tout ce qui peut vous rapprocher de ce parti tel que vous l'avez autrefois connu et pratiqué.

Vous avez peur de la nouveauté.Vous n'en voulez pas dans la confection des listes, dans le choix des candidats.

Vous n'en voulez pas quand elle se présente comme un apport de forces fraîches que vous avez accueillies au lendemain de la Libération avec réticence, avec méfiance.

Vous avez cette même nostalgie du passé, cette méfiance et presque ce dédain, vis-à-vis des femmes et des jeunes. Vous ne faites pas place aux femmes sur les listes électorales. Vous ne considérez les jeunes que comme des recrues.

Vous avez peur de la nouveauté jusque dans les alliances politiques.

Je vous remercie d'avoir écouté avec bienveillance ces vérités un peu amères et un peu sévères, mais, vous le voyez, si mal il y a, le mal est en vous ; le mal, c'est le manque d'ardeur, le manque de courage, le manque de foi.

Le vote pour la motion Guy Mollet, savez-vous ce que c'est ? C'est une espèce d'alibi moral par lequel vous avez cherché à abuser votre mauvaise conscience.

Je vous le dis sans amertume, non sans tristesse, comme quelqu'un qui, depuis des jours et des jours, cherche vainement les moyens de réparer le mal que vous avez fait.

Peut-être comptiez-vous sur moi pour cela ? Quelques mots de Guy Mollet me laissaient croire tout à l'heure qu'il l'espérait, lui-même. J'ai pu le faire en d'autres occasions. Je me sens impuissant aujourd'hui parce que je ne sens devant moi' rien de défini, rien de saisissable, rien qu'un trouble moral, : qui ne se guérit que par un effort intellectuel de volonté et non par des paroles ou des formules de motions.

Verrons-nous en retour, comme certains de vous l'espèrent, un choc, une commotion psychologique, un sursaut rendant à notre parti quelque chose de cette foi, de ce courage, de cet esprit d'abnégation qui lui manquent ? Ce serait la seule contrepartie, la seule consolation possibles, et je tâche de l'espérer avec eux. Ce que je sais, quant à moi, c'est que pour le socialisme aucune blessure ne peut être mortelle, qu'il sortira de cette crise comme de tant d'autres, et qu'une fois de plus il fera surgir des profondeurs de la nation les forces et les hommes nécessaires à sa victoire.

"http://centenaire.parti-socialiste.fr/article.php3%3Fid_article=351.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal
Cécile Duflot : le manifeste d’Oxfam pour une fiscalité juste
Cécile Duflot, directrice générale d’Oxfam France, ancienne ministre et ancienne secrétaire nationale d’EELV, est notre invitée. Elle nous présente, en exclusivité, le manifeste de l’ONG pour une fiscalité juste à l’attention des candidates et candidats à la présidentielle. 
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin