Pourquoi il ne faut pas "laisser beton" sur Médiapart? Je n'aime pas me castagner mais je tiens à mon blouson!

   J'ai abandonné sans regrets, à vrai dire plutôt en prenant la poudre d'escampette les forums de Marianne, de Lib, du Nouvel Obs, et cela va sans dire, du Post.fr. Peu à peu, j'ai même abandonné la lecture de ces journaux ou hebdos papier, à l'exception de Marianne.

 

Laisse beton Renaud invité d'un collège du 93 © larashan

 

 

J'ai abandonné sans regrets, à vrai dire plutôt en prenant la poudre d'escampette les forums de Marianne, de Lib, du Nouvel Obs, et cela va sans dire, du Post.fr. Peu à peu, j'ai même abandonné la lecture de ces journaux ou hebdos papier, à l'exception de Marianne.

Tout d'un coup je me demande ce que vient faire ici cette déclaration liminaire.

Mais je l'ai faite, qu'elle y reste. Elle doit trouver sa justification certainement dans la suite de mon explication du pourquoi, en ce qui me concerne, "je ne laisserai pas beton"!

Pour ce qui est de Médiapart, je me suis abonnée quelques mois avant la première édition pour soutenir E Plenel dans son projet, uniquement parce que je faisais confiance à son indépendance en tant que journaliste mais sans vraiment savoir ce qu'il nous proposerait.

 

J'ai été dès le départ agréablement surprise par le le ton du journal mais aussi par l'interactivité et la facilité offerte aux lecteurs de commenter les articles. La qualité des intervenants commentateurs, agents externes au journal a été pour beaucoup dans mon enchantement initial.

 

Ce n'est que quelques mois plus tard que je me suis aventurée dans le Club. Depuis, j'ai eu à observer pas mal de pics critiques où la température s'est mise à chauffer, comme en ce moment. Mais j'ai l'impression que malgré les débordements, chaque crise nous a appris à maîtriser un peu mieux cet outil, ce lien de communication assez perturbateur tout de même.

Dès le départ, l'appartenance au mouvement politique auquel je m'identifie a été déclarée mal venue sur Médiapart par un petit groupuscule qui a montré une particulière agressivité allant assez loin dans leur démonstration de force. Je n'ai pas observé cette manifestation d'agressivité à l'encontre d'aucun autre ressentir politique, mais peut-être que j'exagère.

Malgré tout, je tiens à ce Club où j'ai appris, sans renoncer à mes convictions, à naviguer à ma manière, en évitant les icebergs que l'on voit de loin et parfois en me frottant au passage de quelques autres moins voyants que j'ai appris à reconnaître; les esquiver est donc devenu assez facile.

Mais il est vrai aussi que, à une ou deux exceptions tout au départ où j'ai même été accusée de plagiat de mes propres écrits sur "Arrêt sur image", je n'ai pas eu à supporter des attaques personnelles gravissimes que d'autres, qui sont devenus des proches dans cet univers virtuel malgré nos énormes divergences, ont eu a subir de la part de personnes mal dans leur peau, malades dans leur âme?

C'est pourquoi, je me solidarise avec eux. Pas par bonté d'âme mais parce que je tiens à préserver ces lieux qui me plaisent où "je suis et je reste". Parce que je tiens aussi à leurs apports, à leurs visions de société différentes de la mienne et à la richesse humaine des contacts que nous avons établis, même, et je répète, dans nos divergences.

 

C'est pourquoi, j'attends de Médiapart d'avoir la générosité de mettre à disposition du Club les moyens techniques qui existent pour que ces situations cycliques ne se reproduisent plus et que les abonnés qui sont attachés à ce média ne soient pas obligés de subir, ou de partir, comme ça a été déjà le cas bien souvent dans le passé. Mais aussi pour que les journalistes puissent se consacrer à leur tâche sans être constamment appelés au secours, même s'ils semblent souffrir de surdité aigüe.

Compter sur la hauteur d'esprit de chacun, comme beaucoup en proposent, est utopique. Nous avons assez d'exemples dans le passé, souvent terribles, pour nous démontrer que la meilleure défense si ce n'est pas l'attaque ce n'est non plus la passivité.

 

Et puisque nous sommes dans le virtuel avec la technique à notre disposition je ne vois pas les raisons de devenir masochistes!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.