JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

247 Billets

3 Éditions

Billet de blog 31 mars 2011

Transition ou Transaction ? Quel processus pour les peuples qui se libérent de régimes dictatoriaux?

La "Transition espagnole" processus exemplaire pour les peuples qui se libèrent de régimes dictatoriaux ou *"asignatura pendiente" (oral de rattrapage en attente) qu'un jour ou l'autre il faudra affronter si l'on veut accéder au niveau suivant?La société espagnole depuis quelques années cherche à passer cet "oral de rattrapage" sans pour autant y arriver. Exemple? le devenir du Juge Garzon qui après avoir réussi contre Pinochet et d'autres tortionnaires latino-américains a échoué (et avec lui toute la société) à son rattrapage de l'"asignatura pendiente" du pays.* c'est cette métaphore que l'imaginaire collectif utilisa pour justifier le désir de ne pas juger dans l'immédiat les actes délictueux commis par les franquistes/putschistes à l'encontre de la République tout comme la cruauté de la période de l'après-guerre, préférant aller de l'avant et s'occuper d'instaurer la démocratie.

JNSPQD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La "Transition espagnole" processus exemplaire pour les peuples qui se libèrent de régimes dictatoriaux ou *"asignatura pendiente" (oral de rattrapage en attente) qu'un jour ou l'autre il faudra affronter si l'on veut accéder au niveau suivant?
La société espagnole depuis quelques années cherche à passer cet "oral de rattrapage" sans pour autant y arriver. Exemple? le devenir du Juge Garzon qui après avoir réussi contre Pinochet et d'autres tortionnaires latino-américains a échoué (et avec lui toute la société) à son rattrapage de l'"asignatura pendiente" du pays.
* c'est cette métaphore que l'imaginaire collectif utilisa pour justifier le désir de ne pas juger dans l'immédiat les actes délictueux commis par les franquistes/putschistes à l'encontre de la République tout comme la cruauté de la période de l'après-guerre, préférant aller de l'avant et s'occuper d'instaurer la démocratie.

Une nouvelle générations d'écrivain(e)s, encore enfants à la mort du dictateur, prend possession de panorama littéraire, s'approprie du thème et décrit avec leur vision "post" - postérieure à la guerre civile et postérieure à l'après guerre (les années de la torture et de l'avilissement) -
Servira-t-elle d'exutoire, arrivera-t-elle à exorciser la panique qui s'empare du pays lorsqu'il essaie de passer cette épreuve laissée trop longtemps en attente? Arrivera-t-elle à faire la transition de la Transition?
El Pais de ce jour met en avant quelques noms de cette génération:
http://www.elpais.com/articulo/cultura/Relato/mito/Transicion/elpepicul/20110331elpepicul_1/Tes
Par exemple, Javier Cercas (Les Soldats de Salamine), qui a treize ans lors de la mort de Franco et joue au tennis avec son ami ce jour comme les autres, sans se sentir concerné par l'événement.
En 1981, il en a 19 lors du 23-F, date de l'essai du "coup d'Etat" des nostalgiques fascistes contre la démocratie espagnole.
De cet instant, il dit:
"Un: A mon avis, c'est ici qui commence vraiment l'étape démocratique et finit la Transition mais pas seulement, finissent aussi la guerre civile et l'après-guerre (après-guerre qui ne fut que prolongation de la guerre par d'autres moyens)"
"Deux: Ce fut la dernière geste épique de l'Histoire d'Espagne, avec Suarez, Gutierrez Mellado et Carrillo impassibles à leur place, sur leurs bancs de l'Assemblée, tandis que les putschistes tiraient à balles réelles". "
"Trois: C'est sur ce 23-F qui confluent tous les démons de notre passé récent, notre "assassinat Kennedy" à nous, la trame de la fiction collective de ces dernières 40 années, fondamentalement créée par les propres pustchistes, par de journalistes très pressés mais peu scrupuleux et par la fantaisie populaire."

Pour Benjamín Prado, à propos de la Transition que d'autres appellent avec ironie "Transaction": "Si elle est admirable je me refuse à dire qu'elle fut parfaite; que l'on puisse penser ainsi solder 38 années de dictature est, pour le moins, assez naïf"

[i]
Dans cette fiction, le récit réel de la tuerie - dite d'Atocha - en 1977, en pleine Transition, des avocats des Comisiones Obreras, par des tueurs de l'ultra-droite en rage:
http://www.elpais.com/recorte/20110331elpepicul_1/LCO340/Ies/Funeral_abogados_Atocha.jpg

Rafael Reig dit: "Jusqu'ici ce sont nos frères ainés qui l'ont vécu et en ont parlé, mais tout ceci fait partie de nos vies et peut-être que notre vision de la Transition n'est pas aussi complaisante"

Pour Ignacio Martínez de Pisón (Le Temps des Femmes) 'La société espagnole s'est forcée a oublier la violence politique qui accompagna la Transition..." et à propos du 23-F "c'est un épisode qui, à mon avis, a déterminé la maturation démocratique de sa génération, qui durant l'espace de quelques heures vécut la crainte du retour à la dictature militaire".

Editions Seix Barral 2011

" Pour notre génération, la mort de Franco c'est vraiment le seul fait important qui nous soit arrivé. Nous sommes passés de vivre sous une dictature à vivre en démocratie. Dit ainsi, cela semble facile mais ça ne le fut pas, absolument pas."

Pour Antonio Orejudo: "La médiocrité et la corruption du franquisme fut prolongée par ces jeunes qu'à l'arrivée au pouvoir du PSOE se sont dit "c'est le moment pour moi". Parmi eux, il y avait beaucoup de gens de grande valeur morale mais aussi beaucoup de profiteurs"

La question de la "Transition" ou "règlement de comptes en temps réel ou en différé?" reste donc ouverte, sans doute à jamais.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — International
Mais jusqu’où ira la Cour suprême des États-Unis ?
Après l’abrogation du droit constitutionnel à l’avortement aux États-Unis, une question traverse le pays : d’autres droits, comme le mariage homosexuel et même les relations sexuelles entre personnes de même sexe, sont-ils désormais menacés ? Éléments de réponse.
par Patricia Neves
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse
Journal — International
En Ukraine, des anarchistes montent au front pour combattre l’invasion russe
Depuis le début de l’invasion du pays par la Russie, 100 à 150 militants anarchistes et antifascistes ont rejoint les rangs des forces ukrainiennes. Certains ont même constitué un bataillon « anti-autoritaire » au sein de la défense territoriale, « pour protéger les populations et combattre l’impérialisme russe ».
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti