Manifeste

Le langage est un défi. Un défi dans lequel nous sommes engagés, que nous sommes libres de relever. L’enjeu, c’est le langage lui-même, avec tout ce qu’il implique. De liberté et d’entrave à la liberté ; langage rythme contre langage structure. Fluence du silence contre discrétion du mot.

Le langage est un défi.

Un défi dans lequel nous sommes engagés, que nous sommes libres de relever.

L’enjeu, c’est le langage lui-même, avec tout ce qu’il implique. De liberté et d’entrave à la liberté ; langage rythme contre langage structure. Fluence du silence contre discrétion du mot.

L’enjeu du langage, c’est le silence. Non pas son autorisation, non pas sa compréhension — allez comprendre ! — mais son écoute. Ecouter comment les mots jouent flottent ou s’y noient. L’enjeu c’est aussi le non.

Le défi du langage, c’est de faire péter les vannes. Du je, du nous, du vous. Puis du Moi, du Ça. Ouvrir des brèches pour que le langage, coule.

Le défi du langage, c’est de pisser sur la terre germanique de Heidegger pour qu’une belle fleur y pousse.

C’est la fin des Chemins, le début du désert.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.