Catharsis (6)

images-1_1.jpeg

 

 

 

Epilogue

« En représentant la pitié et la frayeur, la tragédie réalise une épuration de ce genre de passions » (Aristote, Poétique, 6, 1449b 27-28).
La catharsis épurerait par la représentation du même.
La Stampa, 3 novembre 1975 :
« Mon film, j’y pense d’abord comme à une intuition qui, aussi terrible qu’elle puisse être, a la paix et l’harmonie des choses pensées. Puis j’y travaille, et le cinéma est une technique, scène après scène, plan après plan, et ce travail est comme une énorme routine, elle dilate les temps, vous broie dans les détails, on est à la chaîne de montage de son propre produit. Puis on regarde, on voit le résultat. Le résultat est aussi ce que j’ai fait et voulu. Mais il y a quelque chose que je vois pour la première fois. J’ai éprouvé malaise et peur ».
Le pari semble réussi.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.