Joanna Espinosa
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 oct. 2013

Pour une démilitarisation de la police au Brésil

La nouvelle vient de tomber hier, Amarildo de Souza, habitant de la favela Rocinha à Rio de Janeiro, qui avait disparu le 14 juillet, après que la police militaire l’ait embarqué, est mort suite aux tortures subies lors de son arrestation.

Joanna Espinosa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La nouvelle vient de tomber hier, Amarildo de Souza, habitant de la favela Rocinha à Rio de Janeiro, qui avait disparu le 14 juillet, après que la police militaire l’ait embarqué, est mort suite aux tortures subies lors de son arrestation. D’après les journaux, Amarildo de Souza aurait succombé à une crise d’épilepsie après avoir reçu des chocs électriques et avoir été asphyxié avec un sac en plastique. Des témoignages viennent confirmer l’utilisation de la torture sur d’autres détenus par la police militaire. Dix policiers de l’unité de police  pacificatrice (UPP) dont le Major Edson Dos Santos sont  soupçonnés de crime avec tortures ayant entrainé la mort et occultation de cadavre.

Amarildo de Souza, le maçon pauvre des quartiers périphériques, était devenu le symbole des manifestants qui avaient commencé leur mouvement début juin et qui ont continué jusqu'à aujourd’hui à revendiquer leur ras-le-bol. Pas toujours de façon aussi spectaculaire, comme au début des manifestations qui ont rassemblées des milliers de personnes dans les rues, mais avec des actions de plus en plus ciblées : des occupations de bâtiments administratifs et judiciaires dans plusieurs villes du pays, des événements culturels dans les centres et les périphéries comprenant des débats, des projections de films et des performances.

Il y a deux jours, ce sont les professeurs du secteur public qui ont fait parlé d’eux, en grève depuis plusieurs semaines, ils ont manifesté devant le conseil municipal de Rio de Janeiro en protestation au projet de loi qui devait redéfinir les salaires et fixer les plans d’avenir. Ils ont dû faire face à une répression policière violente qui les ont délogé par la force.  Plusieurs vidéos filmées par les manifestants ou les médias indépendants accablent l’attitude de la Police Militaire dont une qui démontre clairement la piège tendu à un jeune militant. Alors que sur la vidéo, on voit un policier avec des explosifs dans la main, il tente d’accuser le militant d’en être le possesseur en faisant semblant de les avoir trouvé dans son sac.

http://oglobo.globo.com/videos/t/o-globo-hd/v/policial-forja-flagrante-durante-protesto-no-centro-do-rio/2862943/

Une pétition circule depuis quelques temps sur le net, postée par l’association des mães de maio qui rassemble les familles des victimes des violences policières. Pour l’association, les droits fondamentaux au Brésil sont quotidiennement bafoués et ceux qui sont le plus réprimandés par la police militaire sont les pauvres et les noirs. Les chiffres sont vertigineux et rivalisent avec les pays en conflit armé ou en guerre*.

Voici un extrait de la pétition : « La violence policière est aujourd’hui, certainement, un des principaux problèmes que le Brésil doit affronter quant à la défense des droits de l’homme dans notre société. La persistance de la torture dans le quotidien et dans les préfectures de police, comme « technique d’investigation » de la part de ces institutions, post-dictatoriales ; et, l’incarcération massive des personnes (le Brésil occupe actuellement la 4ème position mondiale, avec plus de 520.000 personnes en prison) ; et, principalement les exécutions extra-judiciaires commises systématiquement par les agents de l’état, sont sujets de préoccupation en relation à la sécurité publique et à la garantie d’une citoyenneté basique pour la grande majorité de la population. »

Pétition:

https://secure.avaaz.org/po/petition/Desmilitarizacao_das_Policias_do_Brasil/?twnhIbb

*http://www.mapadaviolencia.org.br/pdf2013/mapa2013_homicidios_juventude.pdf

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida