Joanny01
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 mai 2022

Censure de RT France par l’UE et l’Etat : une atteinte grave contre l’esprit Charlie

Pour la première fois de son histoire, l’UE a décidé d’outrepasser ses compétences pour bannir, y compris en France, des entreprises de presse financées par la Russie. Je l’affirme : oui, RT France peut être vertement critiquée pour sa ligne éditoriale. Non, la République ne sort pas grandie de ce moment sombre pour le pluralisme démocratique.

Joanny01
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis début mars, le couperet est tombé contre deux médias financés par la Russie, Sputnik et RT France, bannis de toute diffusion et tout canal par les autorités européennes, une action arbitraire soutenue par le gouvernement français. La guerre en Ukraine a légitimé cette sanction. Si l’on croit les propos de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen ou des membres de l’exécutif français, RT France serait en effet l’arme de propagande du Kremlin pour justifier la guerre menée par la Russie.

RT France ébranlerait même la démocratie. Il fallait donc l’interdire… au nom de celle-ci. Notre démocratie est-elle si fragile pour qu’un média comme RT France - qui n’a au demeurant diffusé aucune fake news - puisse tant la menacer ?

L’interdiction de RT a en fait servi d’exemple. A défaut de pouvoir faire la guerre à la Russie, le gouvernement et l’UE ont utilisé RT France comme une cible collatérale. Cet objectif s’avère davantage être une entrave à la démocratie et à la liberté pour chacun de se faire une opinion.

Les allusions avec Orwell et son livre 1984 ressurgissent inlassablement. Pour la liberté, on censure. Un ministère de la Vérité européen a décidé qu’il fallait même effacer de toutes les plateformes, de tout réseau social, le contenu de plus de cinq ans de travail et d’analyses, réalisés par une centaine de journalistes, tous reconnus en tant que tels par la Commission de la carte d’identité des journalistes de presse. J’ai personnellement travaillé sur la gauche, la droite, les syndicats, l’action gouvernementale, l’écologie, les Gilets jaunes, le gaullisme, le souverainisme, l’école, l’universalisme français… Aux oubliettes. Je n’ai pourtant jamais été accusé d’avoir désinformé, ni d’avoir trahi les propos de mes interlocuteurs.

La censure visant à supprimer un média, pourtant reconnu par les instances de contrôle, sans passer par les voies juridiques, est un fait totalement inédit depuis 1945. Même la presse pro-communiste avait droit d’existence au temps de la Guerre froide… Et c’était très bien ainsi. Cela démontrait la force d’une démocratie.

Où est donc l’Arcom (le nouveau nom du CSA), cette institution française de régulation censée juger que tel média est en conformité avec sa mission ? Totalement effacée de la décision dont elle est pourtant normalement souveraine, cette autorité de contrôle a préféré botter en touche, demandant simplement aux opérateurs de suivre la décision européenne et de bloquer toute diffusion des deux médias. La rédaction de RT France est donc coupable sans avoir fauté. Cette belle UE, censée être un espace de libertés et de protection des valeurs démocratiques, a donc franchi une étape dangereuse. Au diable, la pluralité des opinions, des idées et de l’information.

Le sujet n’est évidemment pas de défendre la ligne éditoriale de RT. Les citoyens, politiques, gouvernants ou confrères ont le droit de la critiquer, de l’attaquer. C’est même sain dans notre démocratie. C’est aussi cela l’esprit Charlie qui doit nous animer. Aucun média ne peut faire l’unanimité. Le CSA a renouvelé la convention avec RT en 2021. Aucune sanction ne lui a été adressée depuis cette période, y compris durant le conflit opposant la Russie à l’Ukraine. Avons-nous été irréprochables ? Certainement pas. Des concurrents l’ont rappelé à longueur de papiers. Ces critiques, certainement légitimes, pouvaient permettre à la jeune rédaction - qui prend ses ordres à Boulogne-Billancourt et non à Moscou - de s’améliorer et progresser. L’UE et le gouvernement ont décidé de l’en empêcher. Quel média peut-il oser dire qu’il a été pour sa part irréprochable ? Ceux qui ont repris des fausses informations sur l’Ile des serpents ? Nous - monde médiatique - pouvons globalement faire une autocritique sur notre manque de hauteur, à trop souvent chercher l’explication dans l’instantané, le cliché, l’information spectacle et l’émotion.

Oui, RT France participait au pluralisme médiatique en France, celui-ci étant la condition sine qua non pour la bonne vie démocratique d'un pays. En tant que citoyen, je ne peux que souffrir aujourd’hui…

Joanny, journaliste et membre de l'équipe SNJ (Syndicat national des journalistes)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse